BÉNIN : LUTTE CONTRE LE HARCÈLEMENT EN MILIEU SCOLAIRE, UNE CELLULE D’ÉCOUTE INSTALLÉE AU LAMS

Les points focaux genre et cellule d’écoute des apprenants du Lycée agricole Médji de Sékou, ont été officiellement installés lundi 10 octobre 2022. La cérémonie s’est déroulée dans l’enceinte du lycée agricole dans le département de l’Atlantique.


Les filles du Lycée agricole Médji de Sékou peuvent désormais se confier à des personnes responsables et dignes de confiance en cas de harcèlement sexuel. Ceci grâce aux points focaux genre et cellule d’écoute des apprenants opérationnels depuis ce lundi 10 octobre 2022 en prélude à la Journée internationale de la Fille. La cérémonie de la mise en place de ces structures, s’est tenue dans les locaux du lycée en présence de son proviseur Coffi Aïnadou et des enseignants.

La mise en place de ces cellules est l’un des volets du projet Okp-Ben 103632 dont l’objectif est de renforcer la formation pour l’emploi dans les chaînes agroalimentaires au Bénin. Financé par les Pays-Bas, le projet Okp-Ben 103632 intervient aussi dans le renforcement de capacités des lycées techniques agricoles.

L’installation des points focaux genre et cellule d’écoute des apprenants va permettre de résoudre plusieurs problèmes à la fois s’est réjoui Judicaël Goussanou, coordonnateur du projet Okp-Ben 103632. La femme occupe une place très importante dans le secteur agricole a-t-il fait savoir. Malheureusement, les femmes s’intéressent de moins en moins à ce secteur a-t-il déploré.

Mais ces structures vont désormais servir de fer lance à convaincre les parents pour qu’ils inscrivent leurs enfants dans les lycées techniques agricoles, a déclaré Judicaël Goussanou. En dehors de ces volets, l’installation de ces cellules va contribuer à limiter et à mieux gérer les problèmes du harcèlement sexuel au sein du lycée agricole Médji de Sékou, a-t-il poursuivi.
« Les filles du lycée agricole Médji de Sékou savent désormais à qui se confier », a déclaré Coffi Aïnadou, proviseur du lycée agricole Médji de Sékou. « Elles n’auront plus à passer par le protocole administratif pour se faire entendre ». Le proviseur a ensuite invité enseignants et apprenants à apporter leur pierre à l’édifice pour le succès de cette noble initiative.
L’unanimité est sans appel sur l’opportunité de ces points focaux genre cellule d’écoute des apprenants. « Les filles n’auront plus désormais des crises de confiance en se confiant », croit Marianique Béhanzin, responsable cellule d’écoute. Le suivi que fera cette cellule, contribuera à réduire considérablement les problèmes liés au harcèlement sexuel au sein du lycée, a-t-elle expliqué. La maîtrise de ces actes à impact négatif sur les apprenants, permettra d’améliorer les rendements scolaires surtout chez les jeunes filles dans les lycées techniques. Conscients qu’une fille diplômée des enseignements techniques et de la formation professionnelle est un atout pour sa famille et pour le développement durable, les acteurs du système éducatif se donnent la main pour freiner le harcèlement en milieu scolaire.

Jacob Y./La rédaction

First Afrique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Next Post

GAANI 2022 : LA SOLIDARITÉ DU GOUVERNEMENT AFFICHÉE

mar Oct 11 , 2022
Les communautés Baatonou Boo ont célébré ce week-end dans la commune de Nikki la Gaani 2022. Lors de la cérémonie de clôture de cette fête, c’est une forte délégation du gouvernement et autres personnalités qui ont rehaussé l’éclat de la fête. La forte délégation du gouvernement est composée de la […]