INTER : PRIX DE GAZ EN FRANCE, VERS 15% D’AUGMENTATION

La première ministre Elisabeth Borne a annoncé mercredi 14 septembre 2022 que la hausse des tarifs de l’électricité et du gaz serait limitée à 15 % en 2023.

L’annonce a été faite lors d’une conférence de presse sur la situation énergétique.

« Les prix du gaz et de l’électricité pour les ménages augmenteront de 15 % en 2023, contre 120 % sans le bouclier », a déclaré Elisabeth Borne.

« Le bouclier tarifaire a bloqué le prix du gaz et contenu l’augmentation du prix de l’électricité à 4 % alors que la facture a été multipliée par 2 ou 3 en Allemagne, en Belgique ou au Pays-Bas », a-t-elle ajouté.

« Aujourd’hui, sans actions du gouvernement, les tarifs pour les ménages seraient multipliés par 2,2 au début de l’année prochaine. Pour éviter ces augmentations qui ne seraient pas soutenables, nous allons prolonger en 2023 le mécanisme du bouclier tarifaire pour tous les ménages, pour les copropriétés, les logements sociaux, et les petites entreprises », a fait savoir la cheffe de la majorité.

Cela représente concrètement « une hausse moyenne des factures de 25 euros par mois, au lieu de 220 euros par mois sans le bouclier tarifaire, pour les ménages qui se chauffent au gaz et une hausse moyenne de 20 euros par mois, au lieu de 180 euros par mois, pour ceux qui se chauffent à l’électricité ».

Chèques énergie de 100 à 200 euros pour 12 millions de foyers

Bruno Le Maire

Pour les plus modestes, « des chèques, énergie exceptionnels seront versés d’ici la fin de l’année aux 12 millions de foyers les plus modestes », a également annoncé la première ministre précisant qu’ils seront d’une valeur « de 100 à 200 euros, selon le revenu ».

Le ministre de l’Économie Bruno Lemaire a indiqué que la mesure coûtera 1.8 milliard d’euros, «déjà budgétés en 2022. Pour les ménages qui se chauffent au fioul et au bois, un dispositif a été voté début août et des aides seront versées à partir de novembre », a ajouté Elisabeth Borne alors que l’association des Familles rurales a réclamé mercredi 14 septembre, des mesures pour les ménages concernés.

En milieu rural, on cumule en effet les difficultés, a souligné Nadia Ziane, cadre de l’association. « C’est là où on trouve le plus de passoires thermiques. En plus, les énergies qu’on utilise pour se chauffer, ce n’est pas toujours le gaz et l’électricité», a-t-elle déclaré.
«La France va dépenser en 2022, 2,2 % de son PIB pour protéger nos compatriotes face à la crise énergétique. Le bouclier tarifaire coûtera à l’État 16 milliards d’euros en 2023. Pour être tout à fait précis, il coûtera 11 milliards d’euros pour le gaz et 5 milliards pour l’électricité », a annoncé le ministre de l’Économie Bruno Le Maire.

Astrid T./La rédaction

First Afrique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Next Post

FIRST AFRIQUE MAG DE CE 16 SEPTEMBRE 2022

ven Sep 16 , 2022
FIRST AFRIQUE MAGDe ce vendredi 16 septembre 2022 Télécharger toute la parution ICI