MALI : UNE CROIX SUR LES SANCTIONS

Le Mali a demandé la levée des sanctions imposées par les organisations africaines, après deux coups d’État militaires en deux ans, mardi 06 septembre 2022 à Lomé. Il a argumenté sa demande en avançant les progrès accomplis par la junte vers un retour des civils au pouvoir.

« L’une des priorités majeures du gouvernement de transition reste l’organisation d’élections libres, transparentes et crédibles en vue du retour à un ordre constitutionnel apaisé et sécurisé dans le délai de 24 mois à compter de mars 2022 », a déclaré le ministre malien des Affaires étrangères, Abdoulaye Diop, devant un groupe créé par l’Union africaine sur le Mali en 2020, après le premier putsch des colonels.

L’Union Africaine (UA) et la Communauté Économique Des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) ont suspendu le Mali une première fois après le putsch de 2020, puis à nouveau après un second coup de force renforçant la mainmise des colonels en mai 2021. Les tensions se sont apaisées quand les militaires se sont engagés sous la pression à organiser des élections en février 2024. La CEDEAO a alors levé de sévères sanctions financières et commerciales infligées en janvier 2022.
La date d’un retour des civils au pouvoir dans le pays confronté aux djihadistes et à une grave crise sécuritaire et politique a donné lieu à deux années de confrontation entre le Mali d’une part et ses voisins ouest-africains et une partie de la communauté internationale d’autre part.
Mais la suspension du Mali des organisations africaines est restée en vigueur malgré la décision du pays d’organiser des élections, de même que des sanctions individuelles prises par la CEDEAO fin 2021.

« Les avancées réalisées par le gouvernement malien ainsi que son engagement et sa détermination manifeste à poursuivre cette dynamique positive, plaident pour un examen favorable de notre requête en faveur de la levée de la mesure de suspension de mon pays des instances de l’Organisation continentale », a estimé Abdoulaye Diop.

La CEDEAO a salué une « normalisation progressive » tout en qualifiant les sanctions encore en vigueur d’ « entraves ». « Le gouvernement du Mali demande la levée de ces mesures afin de favoriser une pleine coopération avec tous les partenaires », a-t-elle dit devant le groupe de suivi et de soutien à la transition au Mali.

Astrid T./La rédaction

First Afrique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Next Post

FIRST AFRIQUE MAG DE CE 8 SEPT 2022

mer Sep 7 , 2022
Á lire : INTER : CÉRÉALES UKRAINIENNES, LES ACCUSATIONS DE POUTINE UPMB : L’UNION, L’APPEL DE ZAKIATH LATOUNDJI BURUNDI : NDIRAKOBUCA NOUVEAU 1er MINISTRE INTER : ERDOGAN ACCUSE L’OCCIDENT DE PROVOQUER LA RUSSIE 5ème JEUX ISLAMIQUES : KOUHOUNHA, LE BENIN RECONNAISSANT SANTÉ : LE CNHU FUSIONNÉ AVEC UN AUTRE HÔPITAL […]