BENIN/200 MÉNAGES NON RELOGÉS : FAUX, SELON LE MINISTRE TONATO

Le ministre du cadre de vie et du développement durable, José Didier Tonato a démenti l’oubli par le gouvernement de reloger 200 ménages lors de l’opération de libération au quartier Xwalcodji dans le 5ème arrondissement. Il l’a fait savoir à travers un communiqué publié lundi 05 septembre 2022.

Personne n’est laissé pour compte après la libération des quartiers à Xwalcodji, c’est du moins ce que le ministre du cadre de vie et du développement durable a clarifié contrairement à ce que fait croire l’opinion publique.
« Je tiens à informer l’opinion publique que toutes les constructions physiques réelles établies par une photographie aérienne le 28 juillet 2021 et recensées sans exception ont été relogées sur un site aménagé à Djeffa par le gouvernement », a informé José Didier Tonato à travers son communiqué en date du 05 septembre 2022.
Pour l’autorité ministérielle, tous les ménages concernés par cette opération ont reçu l’accompagnement financier prévu par le gouvernement.
Autre clarification que José Didier Tonato a apportée est relative aux squatters de l’école primaire publique de Xwalcodji.
A propos, le communiqué précise qu’ « un recensement effectué par les autorités locales le 04 juillet 2022, a dénombré 76 personnes toutes rattachées à 35 maisons ayant déjà bénéficié des mesures d’accompagnement du gouvernement (parcelle et indemnisation) ».

José Didier Tonato, ministre du cadre de vie et du développement durable

Selon José Didier Tonato, le collectif qui serait oublié n’est nullement concerné et le cas d’une femme dudit collectif qui serait décédée est la preuve témoignant de leur mauvaise foi.

Le ministre fait savoir que la prétendue défunte vit sur le site de Djeffa, précisément sur une parcelle attribuée à son père.

A en croire l’autorité ministérielle, les vérifications effectuées prouvent que des maisons appartenant à certaines personnes de ce collectif sont liées respectivement à l’opération de démolition effectuée en 2012 à l’opération de destruction des ghettos effectuée en 2019 et d’autres encore, emportées par l’érosion côtière.

« Il ne s’agit donc pas d’habitations en place au moment de l’opération conduite par le gouvernement en 2021-2022, avec un engagement social au profit des personnes affectées », martèle le communiqué.

José Didier Tonato invite les auteurs de ces « allégations » à cesser sinon, ils pourraient être appelés à répondre.

Séverin A./La Rédaction

First Afrique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Next Post

DÉCLARATION DE TALON À PARIS : LE PROF AÏSSI RÉAGIT

mer Sep 7 , 2022
Le droit de grève limité au Bénin a été l’un des sujets abordés par le président de la République du Bénin Patrice Talon lors de la rencontre avec les entrepreneurs de France mardi 30 août 2022 à Paris. Au lendemain de cette idée soutenue par le Chef de l’État pour […]