TOMBOUCTOU/MALI : 425 VRAIS CASQUES BLEUS IVOIRIENS SONT LÀ

Déploiement de 425 casques bleus ivoiriens à Tombouctou dans le Nord-ouest du Mali. C’est dans le cadre de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations-Unies pour la Stabilisation au Mali (MINUSMA).

Le 2ème Bataillon de casques bleus ivoiriens basé à Tombouctou a enregistré l’arrivée de 425 soldats, en fin de semaine écoulée. L’information a été rapportée par un communiqué de l’Etat-Major général des armées.

Constitué de 650 soldats parmi desquels 56 officiers, ce 2ème bataillon qui compte 25 femmes, est déployé pour un engagement de douze (12) mois à Tombouctou dans le Nord-Ouest du pays apprend-t-on.

Cette unité a pour missions, d’assurer le contrôle de positions avancées dans le fuseau Ouest, faire des patrouilles de sécurisation et des escortes de convois de ravitaillement.

MALI _ 425 VRAIS CASQUES BLEUS IVOIRIENS SONT LÀ

Dans son adresse aux soldats en partance pour Tombouctou, le chef d’Etat-Major général des armées, le général Lassina Doumbia, a exprimé son soulagement de voir enfin cette relève s’effectuer après plusieurs reports, informe le communiqué. Le Général Doumbia a également évoqué avec la troupe, les conditions particulières de ce déploiement en abordant la situation des 49 soldats ivoiriens détenus au Mali. « Vous devez rester des soldats ivoiriens, avec une parfaite connaissance de la mission et l’exécuter avec professionnalisme. Vous devez porter encore plus haut, cette renommée acquise durement en mission extérieure et qui est reconnue dans les instances onusiennes ».

Contexte particulier

Le déploiement des 425 casques bleus ivoiriens intervient dans un contexte particulier.

En effet, les tensions persistent entre Abidjan et Bamako depuis l’arrestation en juillet 2022 au Mali, de 49 militaires ivoiriens. Les autorités maliennes les accusent de vouloir « briser la dynamique de la refondation et de la sécurisation du Mali ».

Ils ont été par la suite condamnés pour « tentative d’atteinte à la sûreté de l’Etat ». Ceci, malgré le rejet par la Côte d’Ivoire et la MINUSMA de ces accusations. Abidjan justifie la présence de ces militaires en territoire malien par une mission.

Mais les négociations de poursuivent sous la méditation du Togo même si le premier round de celles-ci, a été marqué par un échec.

J.Y.S/ La rédaction

First Afrique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Next Post

PROMOTION DE SPORT À L’ÉCOLE : BIENTÔT LE CHAMPIONNAT UNIVERSITAIRE

lun Août 29 , 2022
La phase finale de la deuxième édition du Championnat national scolaire a pris fin mercredi 24 août 2022 à Adjohoun. A la fin de la compétition, le Directeur Général de l’Office Béninois du Sport Scolaire et Universitaire (OBSSU) a dressé un bilan et annoncé l’organisation du championnat universitaire. C’est un […]