NAISSANCE UP LE RENOUVEAU : FAUSTIN AÏSSI APPROUVE ET ENCOURAGE

Le mariage entre les ex partis politiques UP et PRD, est politiquement bénéfique selon le professeur émérite et Analyste politique Faustin Aïssi. Il l’a fait savoir lors d’un entretien sur First Afrique TV.

La naissance du parti Union progressiste -Le Renouveau, continue d’être scrutée par observateurs et analystes politiques. Sa venue dans la sphère politique nationale, est la bienvenue auprès du professeur émérite et analyste politique Faustin Aïssi. Pour lui, à partir du moment où la charte des politiques prône les grands rassemblements, cette fusion ne peut qu’être ovationnée et encouragée. « Ce que nous observons aujourd’hui est normal et je ne peux qu’approuver ». Selon Faustin Aïssi, ce mariage s’avère une force politique majeure. « Dès lors qu’on tend vers un parti national, il faut forcément une unicité ».

À l’en croire le fait de mettre ensemble deux programmes, ne renvoie absolument plus à une absorption de l’un par l’autre. Il est certes vrai que l’ex Union progressiste avait une surface plus grande que l’ex PRD, grâce à ses élus sur l’ensemble du territoire national, a souligné le professeur émérite. Mais en fusionnant avec l’ex Parti du renouveau démocratique, l’ancienne Union progressiste, devient plus puissante lorsqu’on se réfère au maillage politique national actuel analyse-t-il.
Loin de ceux qui pensent à une sorte d’alliance, le professeur émérite, pense que cette fusion est structurelle. Et cela fera mouche avec le temps dans la sphère politique nationale. « N’oublions pas que les partis de l’opposition sont en train de s’organiser aussi car, ils ont tiré leçons de leur absence aux précédentes élections ».

Les changements et mouvements observés, vont inéluctablement bousculer l’échiquier politique béninois a-t-il poursuivi. Ils pourraient inciter d’autres fusions entre partis politiques dans les jours à venir espère Faustin Aïssi.
Selon lui, le Bénin a entamé maintenant le chemin d’une vie démocratique normale. « La vie démocratique que nous avions n’était pas exactement ce qu’on aurait pu souhaiter. Car, les deux partis existant soutiennent le gouvernement ».

L’analyste politique fait remarquer tout de même que ce qui se vit, est un processus. Par conséquent, il est difficile voire impossible de passer d’un État à un autre du jour au lendemain. Il y aura des mouvements et après il y aura de l’équilibre, a-t-il justifié.

L’aboutissement du processus en cours, permettra d’avoir à l’avenir des partis forts au détriment des hommes forts, comme c’était le cas précédemment selon lui.

De 1990 à 2019, le Bénin est resté dans un système de multipartisme intégral reconnaît Faustin Aïssi. Mais la réforme du système partisan était nécessaire a-t-il fait savoir. Elle est une bonne chose certes.

Cependant, l’analyste a émis le souhait qu’elle soit corrigée après l’avoir expérimentée par deux différentes élections. Le professeur émérite s’appuie sur le quota des 10% sur le plan national qu’impose la loi électorale au Bénin. Pour lui, ce critère devrait s’appliquer différemment car, les élections diffèrent.

À l’en croire, la mise en application de ce pourcentage pour la présidentielle est raisonnable et justifiée parce qu’il s’agit d’une élection nationale. Mais les législatives et les communales, les réalités ne sont pas les mêmes.

Faustin Aïssi propose que la barre des 10% soit corrigée surtout lorsqu’il s’agit des élections communales qui sont des élections de proximité.

J.Y.S/ La rédaction


First Afrique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Next Post

TOMBOUCTOU/MALI : 425 VRAIS CASQUES BLEUS IVOIRIENS SONT LÀ

lun Août 29 , 2022
Déploiement de 425 casques bleus ivoiriens à Tombouctou dans le Nord-ouest du Mali. C’est dans le cadre de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations-Unies pour la Stabilisation au Mali (MINUSMA). Le 2ème Bataillon de casques bleus ivoiriens basé à Tombouctou a enregistré l’arrivée de 425 soldats, en fin de semaine […]