HYGIÈNE MENSTRUELLE : L’ONG « ESPOIR D’UNE VIE » OUTILLE DES APPRENTIES DE CALAVI

Le centre des jeunes et de loisirs d’Abomey-Calavi a abrité mercredi 24 août 2022 une séance de sensibilisation sur la gestion de l’hygiène menstruelle à l’endroit des apprenties en couture et en coiffure.

L’initiative émane de l’ONG Espoir d’une vie dans le but de lever tout tabou lié aux menstruations en milieu d’apprentissage.
Conformément à ses visions dont la santé sexuelle des jeunes adolescents, l’ONG Espoir d’une vie a organisé une séance de sensibilisation dans la matinée de ce mercredi 24 août au centre des jeunes et de loisirs d’Abomey-Calavi. Les échanges ont porté sur la gestion de l’hygiène menstruelle et la fabrication des serviettes hygiéniques lavables.
Près d’une centaine de jeunes filles et adolescentes en formation dans les métiers de couture et de coiffure dans l’arrondissement de Calavi ont répondu présentes à cette sensibilisation.

Si une telle initiative est capitale de nos jours pour les jeunes dès l’apparition de leurs premières menstrues, son importance est autant indispensable dans les milieux d’apprentissage.

« Parce que après un sondage, on a constaté que les projets sur l’hygiène menstruelle vont à l’endroit des élèves, alors que celles en apprentissage n’ont rien de différent. Alors pourquoi les laisser ? », s’est interrogée Marie José Assogba, présidente de l’ONG Espoir d’une Vie. Pour répondre à cette interrogation, son organisation, a choisi pour cible le milieu d’apprentissage car estime-t-elle, celles qui s’y trouvent « ont également besoin de l’information ». « Les apprenties ont aussi les mêmes droits que celles qui vont à l’école, elles ont besoin de l’éducation sexuelle pour leur épanouissement, elles ne doivent pas être laissées pour compte », a renchéri Marie José Assogba.

Cette sensibilisation a eu lieu en deux phases. La première a consisté à entretenir quelque cent (100) apprenties présentes sur la gestion de l’hygiène menstruelle avec pour communicateurs les spécialistes de la santé.

Des projections montrant comment gérer ses menstrues dès sa première apparition et tout le reste de sa vie en tant que jeune fille et maman, des comportements hygiéniques à adopter pendant et après la période menstruelle, des témoignages dans le rang des participantes et bien d’autres ont été les temps forts de cette sensibilisation à la grande satisfaction des participantes. « Je suis contente de cette formation que je viens de suivre. On nous a appris beaucoup de choses, moi aussi quand je pars, je peux apprendre les amies pour qu’elles puissent mieux se comporter pendant les périodes de menstrues comme moi », s’est réjouie pour sa part, Jeannette Ganfle, apprentie couturière (haute couture) à la fin de la sensibilisation.
Laquelle formation était nécessaire aux dires de Jonas Agboko. « C’est une séance très importante, c’est une séance éducative…ça va les permettre de prendre soin de leur corps et aussi prendre soin de leur hygiène en période menstruelle », a fait savoir le spécialiste en santé sexuelle et reproductive des adolescents et jeunes.
La deuxième phase de cette sensibilisation a porté sur la fabrication des serviettes hygiéniques lavables. Après une concertation entre les patrons de couture sur les modalités des serviettes à coudre, les apprenties aussi bien en couture et en coiffure ont été conviées à la tâche sous les regards instructifs de leurs aînées. Les serviettes hygiéniques lavables ont été confectionnées grâce à deux tissus (de décoration et d’imperméable) et puis une serviette ordinaire pour pouvoir recueillir le sang menstruel.

Cette nouvelle découverte vient comme un grand renfort pour ces jeunes filles lorsque les «Anglais vont débarquer». « …Je préfère appliquer cette méthode parce que je vois que c’est économisant. Les couches sont maintenant à 500f. Or avec cette somme, je peux fabriquer les couches lavables que je vais utiliser longtemps », a affirmé Sabine Zannou, apprentie couturière avant d’ajouter qu’elle peut aussi confectionner pour en revendre plus tard. Ces propos ont été renchéris par le spécialiste Jonas Agboko qui a laissé entendre que « cette séance les permet non seulement de renforcer leur capacité en matière d’hygiène menstruelle mais aussi en matière de fabrication des couches réutilisables (pour une meilleure autonomie financière ndl) ».
Après cette séance de sensibilisation, les organisateurs se sont frottés les mains pour avoir tenu le pari, d’abord de par la présence massive des participantes et ensuite de leur intérêt et engouement manifestés au cours des différents ateliers.

Après cette étape, s’en suivra celle de suivi dans les différents ateliers des participantes qui sera entre autres faite de conseils.

La présidente de l’ONG Espoir d’une vie, Marie José Assogba, n’a pas aussi manqué de témoigner de sa gratitude envers les différents partenaires qui ont œuvré pour la réalisation dudit projet.

Séverin A. / La Rédaction

First Afrique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Next Post

SPORT : CHAMPIONNAT NATIONAL SCOLAIRE, LE RÉSULTAT CONCRET D’UN SERVITEUR DISCRET

jeu Août 25 , 2022
Après la première édition du championnat scolaire tenue en 2021 à Grand-Popo, la ville d’Adjohoun dans le département de l’Ouémé a accueilli la deuxième édition du lundi 15 au mercredi 24 août 2022. Les grandes innovations apportées pour cette édition sont les disciplines d’handball, basketball, athlétisme ajoutées au football et […]