CEDEAO : DES MUSCLES DU NIGÉRIA AVANT DE PARTIR ?

Le Nigéria menacerait de se retirer de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO).
Le géant ouest-africain serait mécontent du fonctionnement des institutions de l’organisation sous régionale.

Abuja accuserait les institutions de la CEDEAO de «manipulations et de favoritisme en termes d’emplois et de promotions». Créée en 1975 sur initiative du Nigeria, la CEDEAO promeut l’intégration économique de l’Afrique de l’Ouest.
Mais le pays qui abrite le siège de l’organisation, serait mécontent du fait qu’elle n’embauche pas les citoyens nigérians.

À en croire certains rapports, le pays est décidé à claquer la porte de la communauté si la gouvernance ne change pas.
« Des politiciens nigérians de haut rang affirment que les personnes qui travaillent au sein des structures de l’organisation se voient refuser des promotions », selon apanews qui a rapporté l’information.

Le pays le plus peuplé d’Afrique est frustré et ne le cache pas. Les voix qui se lèvent disent avoir constaté avec frustration, que les candidats du pays sont constamment «ignorés» pour des emplois qui devraient leur revenir au vu de leur mérite. Les remarques sont les mêmes. Les dénonciations aussi.
Les représentants nigérians au Parlement de la CEDEAO ont fait cette menace «après que certains dirigeants du bloc régional ont prétendument défié les directives leur demandant d’arrêter de recruter leurs proches et leurs amis à des postes de haut niveau».

The Vanguard rapporte que «les législateurs nigérians ont fait référence aux énormes engagements financiers de leur pays envers l’organisme régional, malgré ses problèmes de sécurité interne».
Ce mode de fonctionnement cause du tort au Nigeria selon les parlementaires nigérians de la CEDEAO. «Il n’y a pas de retour sur investissement proportionnel pour le Nigeria dans la CEDEAO pour tout ce que le pays a fait et continue de faire pour la région depuis sa création en 1975».

CEDEAO


Le Nigéria devrait impérativement revoir sa position sur la pertinence de rester au sein de la CEDEAO aurait lancé le vice-président de la Chambre des représentants du Nigeria, qui est également le premier vice-président du Parlement de la CEDEAO, Ahmed Idris Wase.
« Si vous êtes dans un système, et vous n’obtenez pas de bons résultats, alors que vous y investissez votre argent, il est préférable de le quitter. Dans une situation où nous avons un déficit d’infrastructures et où nous sommes confrontés à des problèmes de sécurité, pourquoi devrions-nous continuer à investir notre argent là où il ne profitera pas à notre pays ? Oui, nous nous retirerons si nous n’obtenons pas le résultat souhaité », a-t-il poursuivi.

Mais jusqu’à présent, le ministère des Affaires étrangères du Nigeria, l’Assemblée nationale et la Présidence n’ont pas encore réagi sur ces allégations.

Les accusations de népotisme sont devenues préoccupantes au sein des institutions de soutien de l’organisation sous régionale que des responsables de premier plan comme le président du parlement régional ne peuvent plus les ignorer ou rester réticents alors que les spéculations enflent.

Le Président du parlement de la CEDEAO, Sidie Mohamed Tunis, a depuis annoncé que les recrutements dans les différentes institutions de l’organisation étaient temporairement suspendus pendant qu’un groupe d’experts vérifiait la justesse des allégations du Nigeria. Les conclusions de leurs travaux sont attendues dans quelques jours.

La rédaction

First Afrique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Next Post

BLOC RÉPUBLICAIN : L’UDBN QUITTE LE «FOYER»

jeu Août 18 , 2022
Le parti Union Démocratique pour un Bénin Nouveau (UDBN) suspend toute collaboration avec les structures et leaders du parti Bloc Républicain (BR). L’annonce a été faite à travers une correspondance en date de ce mercredi 17 août 2022. Aussitôt venus, ils repartent déjà. À quelques mois des législatives de janvier […]