BÉNIN – INDUSTRIE : COTEB, JAMAIS N’EST PAS MON SORT

Le complexe textile du Bénin (COTEB), va reprendre service bientôt. C’est ce qu’a annoncé le porte-parole du gouvernement Wilfried Léandre Houngbédji, lors d’une conférence de presse à Parakou.

Bonne nouvelle pour l’industrie béninoise. Le gouvernement dans son ambition de faire du Bénin un pays industriel, a décidé de rouvrir les portes du Complexe textile du Bénin (COTEB), implanté à Parakou dans le département du Borgou. L’annonce faite lundi 8 août 2022 par le secrétaire général adjoint du gouvernement Wilfried Léandre Houngbédji, ne précise toutefois pas la date exacte de reprise des activités de cette fabrique. « Peut-être dans quelques mois », a laissé entendre le porte-parole du gouvernement face aux hommes des médias du septentrion. Wilfried Léandre Houngbédji, rassure cependant, que la dynamique est engagée pour que le Complexe textile du Bénin ouvre à nouveau ses portes.

Wilfried Léandre Houngbédji, porte-parole du gouvernement

La relance de cette usine, entre parfaitement dans la ligne droite de la politique d’industrialisation du Bénin voulue par le gouvernement Talon. Les résultats obtenus des actions entreprises depuis quelques années sont favorables. « Les conditions basiques qui manquaient comme la disponibilité de l’énergie électrique ont commencé à être assurées ».

Cette dynamique qui va fortement atteindre le Nord du pays a martelé Wilfried Léandre Houngbédji. Une usine d’égrenage verra bientôt le jour a-t-il annoncé.

Parakou et l’ensemble du septentrion ne seront pas épargnés par la dynamique en cours au Bénin depuis 2016, a rassuré le porte-parole du gouvernement. « Il va y avoir beaucoup d’industries ».

Fermé depuis quelques années pour raison de difficultés, le Complexe textile du Bénin (COTEB SA), est une société d’économie mixte.

Le gouvernement est actionnaire majoritaire avec la SONAPRA pour un montant de 1.080.000.000 FCFA. Soit 54% des actions. L’exécutif avait décidé de sa liquidation après des constats et procédures. Il s’agissait notamment de la vétusté des installations de production et le jugement de décembre 2018 du Tribunal de Première instance de Première classe de Parakou ayant constaté la faillite.

J.Y.S/ La rédaction

First Afrique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Next Post

GUINÉE : FNDC, PLUS D’ÉPINE POUR LA JUNTE

mer Août 10 , 2022
Le gouvernement guinéen a pris un arrêté dans la soirée de ce 8 août pour annoncer la dissolution du Front National pour la Défense de la Constitution FNDC. Il l’accuse de troubler l’unité nationale. Le FNDC qui est une coalition de partis, syndicats et organisations de la société civile est […]