SOUDAN : TRANSITION, Á L’HEURE DU BONUS

Le gouvernement d’union nationale du Soudan du Sud a annoncé jeudi 04 Août 2022, prolonger de deux ans la période de transition post-guerre civile censée s’achever en 2023. L’annonce a été faite par le ministre des affaires gouvernementales Martin Elia Lomuro, devant des diplomates, le président Salva Kiir et le premier vice-président Riek Machar.

« Une nouvelle feuille de route a été convenue pour relever les défis qui entravent la mise en œuvre de l’accord de paix », a déclaré le ministre des affaires gouvernementales Martin Elia Lomuro.

Prévue pour 2022 après plusieurs reports, la fin de la période de transition avait été repoussée à février 2023.

Ceci face au manque du progrès de nombreuses dispositions prévues dans l’accord de paix qui a mis fin en 2018 à une sanglante guerre civile de cinq ans entre les ennemis jurés Riek Machar et Salva Kiir. Un conflit qui avait fait près de 400.000 morts et des millions de déplacés.

Cet accord de paix a débouché sur un partage du pouvoir au sein d’un gouvernement d’union nationale investi en février 2020, avec Salva Kiir au poste de président et Riek Machar à celui du vice-président.

Lors de l’annonce de la prolongation qui a été faite, les représentants des Etats-Unis, du Royaume-Uni et de la Norvège, ayant parrainé l’indépendance du pays en 2011, ont boycotté la réunion. Dans une lettre adressée au président Salva Kiir, ils ont déploré que toutes les parties concernées n’aient pas été consultées.

« Nous vous écrivons personnellement pour vous exprimer notre profonde inquiétude sur le fait que des consultations inclusives doivent avoir lieu avec la société civile, les groupes religieux, acteurs économiques, groupes de femmes, représentants de la jeunesse, personnes éminentes et partenaires internationaux avant que l’accord de paix de 2018 soit amendé », écrivent-ils.
Plusieurs dispositions de l’accord de 2018 ne sont pas appliquées, en raison des querelles persistantes entre les deux rivaux (le président et le vice-président du pays).

Ces derniers ont annoncé en avril 2022, accepter de former un commandement unifié des forces armées, une de ces nombreuses modalités toujours inachevées.

Astrid T./La rédaction


First Afrique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Next Post

AMNESTY INTERNATIONAL DANS LA TOURMENTE APRÈS LA PUBLICATION DE SON RAPPORT SUR LA GUERRE EN UKRAINE

sam Août 6 , 2022
Kiev accuse l’ONG de faire le jeu de Moscou après la publication d’un rapport sur la mise en danger de civils dans la résistance armée ukrainienne. Kiev n’a pas du tout apprécié la leçon. En voulant faire preuve de neutralité, Amnesty International s’est mis à dos les dirigeants ukrainiens mais […]