RDC : L’ANCIEN PRÉSIDENT DE L’UDPS CRÉE UN PARTI D’OPPOSITION À FÉLIX TCHISEKEDI

L’ancien patron de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS) Jean-Marc Kabund vient de créer un nouveau parti politique. A peine a t-il vu le jour qu’il l’a déclaré d’opposition au régime au pouvoir.

« Alliance pour le Changement », c’est le nom d’un nouveau parti politique qui vient de voir le jour en République Démocratique du Congo. Ce qui était une promesse est enfin une réalité. Jean-Marc Kabund a créé son propre parti politique et devient ainsi opposant du régime de Félix Tshisekedi. L’annonce de la création de son « parti de gauche » a été faite ce lundi 18 juillet au cours d’un point de presse tenu dans la capitale Kinshasa. Ancien secrétaire général, puis président intérimaire de l’UDPS, avant d’être éjecté sans ménagement par ses camarades après l’accession de ce parti au pouvoir, Jean-Marc Kabund n’a pas été tendre à l’endroit du président Félix-Antoine Tshisekedi qu’il a qualifié de « danger au sommet de l’État ».

L’ex-allié du chef de l’Etat congolais se dit désormais opposant. Il a enfin parlé et fait des promesses devant la presse. Après avoir créé son propre parti politique Alliance pour le Changement, son grand objectif et de conquérir le pouvoir. « Je vous ai dit ici que notre vision, je l’ai même résumé, la reformation d’un dialogue congolais, la refondation de l’État, nous considérons l’État comme la superstructure sans laquelle aucune société moderne ne peut être bâtie, sinon vous allez vivre dans une jungle comme on est en train de le vivre », a-t-il fait savoir.  Jean-Marc Kabund a aussi au cours de son point de presse fait savoir que la mesure qui est le modèle économique et financier adapté au contexte congolais, la révolution du social des Congolais, sont des défis que son nouveau parti tentera de relever. « Parce que nous estimons dans l’Alliance pour le Changement que le vrai problème dans ce pays, c’est d’abord l’homme congolais et ensuite l’absence de l’État comme superstructure sur laquelle doit être bâtie toute vision, tout projet de société », s’est-t-il justifié.  Pour le nouveau président de l’Alliance pour le Changement, sans un État, rien ne peut être fait, donc « l’État que je suis en train de viser ici, c’est le Léviathan », a-t-il renchéri.

Séverin A./La rédaction

First Afrique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Next Post

BÉNIN : CONSEIL DES MINISTRES DU MERCREDI 20 JUILLET 2022

mer Juil 20 , 2022
COMPTE RENDU DISPONIBLE ICI