REBELLION EST-RDC : TÊTE-À-TÊTE TSHISEKEDI ET KAGAME (AVEC LA MEDIATION DE L’ANGOLA )

Le président angolais Joao Lourenço reçoit ce mercredi 06 juillet 2022 les présidents congolais et rwandais dans le cadre des tensions qui secouent les deux pays.  Depuis des mois, Kinshasa accuse Kigali de soutenir le groupe rebelle M23, en pleine résurgence dans l’est de la République Démocratique du Congo.

Le président angolais Joao Lourenço est désigné médiateur par l’Union africaine dans la crise qui oppose les deux pays. Il devrait présider la rencontre ce mercredi à la mi-journée entre Félix Tshisekedi et Paul Kagame. Puis s’en suivra une bilatérale élargie avec les délégations des deux parties. Le président congolais arrivera avec des membres du ministère des Affaires étrangères, de l’armée, de l’immigration et des renseignements, renseigne une bonne source.

Paul Kagame et Félix Tshisekedi

Une autre source apprend que la partie congolaise exigera une chose : que le Rwanda clarifie ses liens avec le M23 et mette fin à son soutien. La partie congolaise affirme même avoir présenté des preuves au médiateur angolais.

Du côté du Rwanda, le président Paul Kagame lors d’une conférence de presse lundi a déclaré : « souhaiter le meilleur à la RDC et au Rwanda. Mais si ça n’arrive pas, je serai toujours prêt au pire », de quoi encore préparer d’autres arguments pour Luanda.

Le président, qui a réaffirmé que les rebelles hutus rwandais FDLR « combattaient aux côtés des soldats congolais. Nous avons été touchés par des obus tirés depuis la RDC. Mais nous avons besoin de la paix pour nos deux pays ».

Quant à la force est-africaine qui doit se déployer au Congo, Kinshasa veut que le Rwanda en soit exclu.

Séverin A./ La Rédaction

First Afrique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Next Post

SOUDAN : CIVILS ET L'ARMÉE, ENTENTE DIFFICILE

mer Juil 6 , 2022
Le principal bloc civil du Soudan a rejeté mardi 05 juillet 2022 la proposition du général putschiste Abdel Fattah al-Burhane de laisser la place à un gouvernement civil. Il dénonce un retrait tactique destiné à maintenir l’influence de l’armée dans le pays. L’armée a annoncé lundi 04 juillet, laisser place […]