SACRÉ MEILLEUR ÉCRIVAIN SILA 2022, TIRBUCE KOFFI REFUSE UNE RÉCOMPENSE D’UN MILLION FCFA

L’écrivain ivoirien Tirbuce Koffi est le lauréat du « Grand Prix national Bernard Dadié ». Pour récompenser le meilleur écrivain de Côte d’Ivoire 2022, il est prévu une somme d’un million FCFA. Une somme que le lauréat a refusée. Tirbuce Koffi a justifié son acte mardi 24 mai 2022 au cours de l’émission « La Télé d’ici » de la NCI.

L’affaire a fait le tour des réseaux sociaux ces dernières semaines : l’écrivain ivoirien Tiburce Koffi lauréat d’un grand prix littéraire ivoirien rejette son prix et lance un coup de gueule à l’endroit des organisateurs de la célébration des beautés féminines communément appelée « Concours Miss ». 

Le Salon international du livre d’Abidjan (SILA) 2022 s’est tenu du 17 au 21 mai 2022 au Palais de la culture à Abidjan.  Au cours de la cérémonie de remise de distinction, l’auteur de Côte d’Ivoire, l’agonie du jardin s’est, contre toute attente, opposée à rentrer en possession d’une enveloppe d’un million destiné au lauréat du prix. Interrogé au lendemain de l’incident, l’écrivain avait confié avoir fait ce geste pour dénoncer « des légèretés et maladresses » observées à ce SILA. 

Tirbuce Koffi, écrivain ivoirien

« J’ai trouvé scandaleux qu’on me dise que je suis Grand Prix national Bernard Dadié 2022 en Côte d’Ivoire. On dit que je suis le plus grand écrivain de l’histoire de mon pays. J’arrive, on ne m’adresse même pas la parole, on ne dit même pas qui je suis, on ne présente pas Bernard Dadié, on ne présente pas Tiburce Koffi. On fait des discours pendant 3h, 4h sans même me nommer. Je fais quoi là ? Et à la fin, on se rend compte que, ah j’étais là », a expliqué Tirbuce Koffi au cours de l’émission La Télé d’Ici de la NCI le 24 mai 2022.

Pour l’écrivain, « ne pas donner la parole à un écrivain est une grave injure » parce qu’être écrivain veut dire qu’il a « signé un pacte avec le mot, avec la langue et le verbe ».

« Même mon éditeur est venu me supplier : « Pardon Tiburce il faut prendre, ce n’est pas mal ». Je dis non, je ne prends pas. C’est pour marquer le coup. C’est pour dire à ce pays et à tous ceux qui vont inviter les écrivains, qu’un écrivain ce n’est pas n’importe qui », a détaillé le Chevalier de l’ordre du Mérite culturel ivoirien. 

Tiburce Koffi rappelle qu’au cours des cérémonies de la célébration de la beauté féminine, la parole est donnée aux candidates pour répondre à des questions de culture générale et se présenter. S’appuyant sur cet exemple, il estime que « si on peut donner telle considération à une miss, à une belle paire de fesses et de seins pour combler les soirées d’un célibataire, on peut quand même faire un peu plus attention à un penseur, à l’écrivain ».

L’attitude de l’écrivain est bien appréciée par le monde littéraire. Plusieurs pages Facebook en ont fait leur chou gras à l’image de « EDUCAFRIQUE » qui écrit : « C’est ça, mettre fin à une pagaille. C’est une bonne décision prise par ce grand monsieur. Nous devons donner place à nos vraies priorités ».

Séverin A. /La Rédaction

First Afrique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Next Post

RÉSILIENCE SOCIOÉCONOMIQUE DES ARTISANES POTIÈRES DE SÈ : L’ONG CDEL APPORTE DU SOUTIEN AUX FEMMES POTIÈRES

mar Juin 7 , 2022
L’ONG Centre de développement économique local (CDEL) a procédé ce jeudi 02 juin 2022, à l’inauguration du hangar construit et à la remise des concasseuses, aux femmes potières de Sè. C’est dans le cadre du projet dénommé « Résilience socioéconomique des artisanes potières de Sè » financé par l’Organisation internationale de la […]