ÉDUCATION ENVIRONNEMENTALE DANS LES ÉCOLES

L’ONG AYEDUN S’ENGAGE POUR UN ENVIRONNEMENT SAIN

 

La deuxième phase du projet environnementale pilotée par l’ONG Ayedun dans les communes du Grand Nokoué suit son cours. C’est le complexe scolaire de Tovè dans la commune de Ouidah qui a accueilli les sensibilisations dans la journée de ce jeudi 12 mai 2022. Ce projet financé par le Fonds national pour l’environnement et le climat avec l’appui du ministère du cadre de vie et du développement durable vise à sensibiliser les élèves pour un environnement propre.

  

 Dans la journée de ce jeudi 12 mai 2022,  les élèves du complexe scolaire de Tovè, mandatés « Ambassadeurs Ecolo-Junior » par l’ONG Ayedun ont été entretenus sur la différence entre les déchets biodégradables et non biodégradables y compris les différents types de sachets qui existent.  Pour l’assistant de la présidente de l’ONG Ayedun Maxime Fagnon, cette deuxième phase vise à renforcer l’activité de sensibilisation préalablement faite afin d’atteindre les objectifs du projet éducation environnementale. « Notre lutte est de contribuer à maintenir les écoles propres, à aider les enfants à avoir ses connaissances dès le bas âge pour pouvoir sensibiliser leur camarade et pourquoi pas les parents à la maison », a t-il renchéri.

Aussi, les ambassadeurs Ecolo-Junior sont instruits sur comment travailler les déchets, les conserver pour pouvoir nourrir les plantes plus tard. Autrement, sur la nécessité d’utiliser les engrais chimiques, où et comment les utiliser et surtout leur rôle dans la croissance des plantes. C’est à juste titre que cette campagne de sensibilisation a été marquée par la mise en terre des plants afin de continuer à la campagne de reboisement pour un environnement vert. « Tout ça pour limiter la désertification et aussi donner beaucoup plus d’oxygène parce que l’augmentation des gaz à effet de serre ampiètre sur le changement climatique. Ces remboisements sont donc nécessaires pour que les écoles soient plus vertes », a expliqué Maxime Fagnon.

 

Du côté des responsables du complexe Tovè, c’est un sentiment de satisfaction après un deuxième passage de l’ONG Ayedun. Pour le représentant de ce lieu de savoir, la protection de l’environnement n’est plus à démontrer.  « Si l’environnement est un lieu où on peut se recréer, on peut alors le considérer comme une maison, une chambre à coucher » a fait savoir Hugues Hounga, aussi directeur du groupe C. Face aux apprenants, l’enseignant a également expliqué combien les besoins physiques de l’homme (habits, chaussures, ndl) sont éphémères. C’est la manière qu’il a choisie pour montrer combien les sachets sont importants et peuvent être réutilisés à d’autres fins, et les laisser à l’air libre pourrait être toxiques aussi bien pour les plantations que pour les organismes humains. « Également, on ne peut pas brûler le sachet car son odeur peut avoir des conséquences négatives sur notre santé. C’est ça qu’on appelle déchet  ou objet non biodégradable » a soutenu en langue fon Hugues Hounga.

 

L’ONG Ayedun n’entend pas se limiter à ses sensibilisations. Selon l’assistant de la présidente Maxime Fagnon, la délégation passera de temps en temps dans les écoles pour un suivi régulier de tout ce qui a été fait et encourager les apprenants à maintenir l’environnement propre.

A noter que l’ONG se rend à l’école primaire publique (EPP OKE-AGBEDE) toujours dans la commune de Ouidah ce vendredi 13 mai pour le même exercice.

 

Séverin A. /La Rédaction

First Afrique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Next Post

LUTTE CONTRE LE TERRORISME, LE BÉNIN VEUT RAPATRIER SES CASQUES BLEUS DU MALI

lun Mai 23 , 2022
Le Bénin veut entamer un rapatriement progressif de ses soldats engagés au sein de la mission des Nations unies au Mali (Minusma). Cette décision des autorités béninoises a été transmise au secrétariat général de l’ONU par un courrier. Les 390 soldats béninois engagés au sein de la Mission multidimensionnelle intégrée […]