INTER : LA PREMIÈRE ICÔNE NOIRE JOSÉPHINE BAKER ENTRE AU PANTHÉON

En entrant au Panthéon le 30 novembre, Joséphine Baker devient la sixième femme à rejoindre le monument dédié aux « grands hommes », à Paris, mais aussi la première femme noire. Derrière l’immense artiste, on redécouvre en cette occasion une personnalité profondément courageuse et engagée.

Dans l’une des pièces les plus célèbres du dramaturge Jean-Luc LagarceMusic-hall, la protagoniste, une chanteuse de cabaret sans nom et sans âge interprète une seule chanson censée représenter sa vie : De temps en temps de Joséphine Baker. Et c’est encore cet air qu’on entend dans l’adaptation franco-belgo-britannique du roman d’Irène Némirovsky Suite française.

Joséphine Baker reçoit la Légion d’honneur des mains du général Vallin, ex-commandant en chef des Forces aériennes françaises libres, le 19 août 1961 dans son château des Milandes en Dordogne.

La première icône noire

On l’a décrit comme la première icône noire – parce qu’elle est perçue comme telle dans les États-Unis ségrégationnistes, en dépit de ses origines multiples, afro-américaines bien sûr, mais aussi hispaniques et amérindiennes. Le 28 août 1963, lors de la marche pour les droits civiques – elle a traversé l’Atlantique pour cette occasion – elle commence ainsi son discours : « Je voudrais que vous sachiez que c’est le jour le plus joyeux de toute ma vie. »

Enfant de la balle, envoyée très jeune comme domestique de personnes aisées dont elle subit le racisme et les mauvais traitements, elle trouve en France en 1925 une situation plus tolérable. Son voyage lui est payé par un impresario qui la veut pour sa Revue nègre qu’il entend monter à Paris. Elle y interprétera, presque nue, une « danse sauvage », qu’elle décrira plus tard comme une parodie de l’imaginaire colonial.

Elle plaît, aux hommes comme aux femmes – l’écrivaine Colette sera l’une de ses amantes – mais en France aussi, les Blancs qui la prennent pour maîtresse ne sont pas prêts, loin s’en faut, à épouser une « femme de couleur ». Son troisième mariage aura lieu en 1936, avec un jeune courtier en sucre, Jean Lion, né Lévy, bientôt victime des persécutions antisémites.

Résistante et rêveuse d’une « fraternité universelle »

Alors que la guerre éclate, Joséphine Baker est au sommet de sa gloire – sa chanson la plus célèbre, J’ai deux amours, date de 1935. Dans le combat contre le nazisme, elle est aux avant-postes, au service du contre-espionnage français dès la déclaration de guerre en septembre 1939, puis à celui de la France libre dès novembre 1940. Elle profite de ses déplacements mondains pour ramener des informations stratégiques, ou couvrir ceux de Jacques Abtey, un agent du renseignement qu’elle fait passer pour l’un de ses musiciens.

En 1941, elle rejoint l’Afrique du Nord. Elle finance jusqu’à se mettre en difficulté la France libre et la Résistance, donnant des concerts gratuits et revendant au profit de cette dernière la petite Croix de Lorraine qui lui est offerte par le Général De Gaulle à Alger. C’est en officier de propagande qu’elle débarque à Marseille en octobre 1944. Elle reçoit la médaille de la Résistance en 1946, mais des propositions pour qu’elle soit nommée chevalier de la Légion d’Honneur sont rejetées par deux fois, en 1947 et 1949.

Avec RFI

LA REDACTION

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Next Post

ÉTHIOPIE : « LA JEUNESSE DU TIGRÉ EST EN TRAIN DE TOMBER » ABIY AHMED

mar Nov 30 , 2021
Le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed a exhorté mardi 30 novembre les rebelles du Tigré à se rendre, affirmant que les forces gouvernementales se rapprochaient de la victoire, une semaine après s’être engagé à diriger les opérations militaires sur le front. « La jeunesse du Tigré est en train de tomber […]