Le Brésil célèbre l’histoire des Noirs

Le Brésil a donné le coup d’envoi du Mois de la conscience noire en promettant d’éduquer la communauté sur les épreuves, les tribulations et les réalisations des Noirs dans toute l’Amérique du Sud et l’Amérique latine.

Dans les rues de Santa Marta, une favela de Rio de Janeiro, des Brésiliens célèbre la conscience noire. Au Brésil, novembre est le mois de l’histoire des Noirs.

Occasion de donner aux habitants des quartiers défavorisés du pays un sentiment de fierté et aussi. Elle vise aussi à amener ces populations à accepter l’appartenance à ces communautés déchirées par la violence des gangs et l’incertitude économique. Cette année, l’événement à un caractère spécifique, tant elle intervient après les affres du coronavirus.

« Au sortir de la pandémie, nous avons décidé, avec la mairie, de créer un projet visant à encourager la culture populaire, la réflexion et l’activisme autour de la culture noire, l’une des plus grandes identités de la culture « carioca.’’ a déclaré Marcos Faustini, le secrétaire à la culture de Rio de Jainero.

L’hôtel de ville de Rio a parrainé les événements « Folia de Reis » (rassemblements de rires) pour mettre en lumière la conscience noire dans les favelas, donnant aux habitants un sentiment de fierté et d’appréciation de leurs communautés qui sont déchirées par la violence des gangs et l’incertitude économique

 » Folia de Reis signifie déjà faire la fête, se retrouver. À Santa Marta, quand on entend les tambours du défilé, c’est le bonheur, c’est la fête, les enfants qui courent, les cymbales, les tambours, les tambourins. Folia de Reis n’est rien d’autre que le bonheur, l’amour et la dévotion. », a expliqué Ronaldo Junior, maître clown.

Au cours du mois de novembre, de nombreuses personnes se sont engagées à reconnaître l’histoire et la culture des Noirs avant la célébration nationale de la Journée de la conscience noire le 20 novembre.

Parmi les progrès réalisés par la communauté noire brésilienne figure une loi vieille de près de deux décennies qui impose l’enseignement de l’histoire et de la culture afro-brésiliennes dans les écoles.

Le texte de loi stipule que chaque école du pays doit enseigner « l’histoire de l’Afrique et des Africains, la lutte des Noirs au Brésil, la culture afro-brésilienne et les contributions des Noirs à la formation de la société nationale, y compris les domaines sociaux, économiques et politiques pertinents pour l’histoire du Brésil ».

Avec AfricaNews

First Afrique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Next Post

AFRIQUE DU SUD : OSCAR PISTORIUS BIENTÔT LIBÉRÉ !

dim Nov 14 , 2021
L’athlète Oscar Pistorius, amputé sous les deux genoux, alors au sommet de sa gloire, avait tué la mannequin Reeva Steenkamp au matin de la Saint-Valentin en 2013 en tirant quatre fois à travers la porte des toilettes. Il a été condamné à 13 ans de prison pour ce meurtre qu’il a toujours nié. Les autorités pénitentiaires ont […]
First Afrique Tv