FAIT DIVERS : UN RESTAURANT REFUSE DE SERVIR UN HOMME, JUSQU’Á CE QU’IL SE PRÉSENTE EN UNIFORME LE LENDEMAIN

L’ignorance est une bénédiction !

Elle ne voulait pas expliquer pourquoi elle ne voulait pas le servir. Baker avait du mal à comprendre. Il n’avait pas fait la queue pendant 45 minutes pour être traité de la sorte. Et il n’était certainement pas habitué à ce que les gens désobéissent à ses ordres ou le regardent de haut comme ça – personne ne devrait l’être !

Il était clair qu’elle n’avait aucune idée de qui il était ou de ce qu’il faisait pour des gens comme elle dans la vie de tous les jours. Il voulait voir la tête qu’elle ferait quand elle découvrirait qui il était vraiment.

Un jour de repos

C’était un jour de repos bien mérité pour Karl Baker, un homme originaire d’Alexandria, en Virginie. Après des journées bien remplies, il était plus que prêt à s’asseoir à un restaurant et à se détendre.

Il avait déjà bien planifié sa journée. Il avait prévu de faire la grasse matinée, de manger au restaurant, de profiter du plein air et de finir la journée en se relaxant devant la télévision, un verre à la main. Mais les choses n’allaient pas se passer comme prévu.

La grasse matinée

Baker s’est réveillé avec son chien qui sautait sur son lit, le soleil qui brillait sur son visage, et il était déjà midi. Il s’est habillé, s’est servi une tasse de café et a réfléchi à l’endroit où il pourrait aller pour prendre un bon brunch.

Décidé, il a sauté dans sa voiture et s’est dirigé vers un restaurant qu’il n’avait jamais visité auparavant, à la périphérie de la ville. Une décision qu’il regrettera plus tard. En effet, les employés du restaurant l’ont regardé avec un total dédain. Cela faisait longtemps que Baker n’avait pas été confronté à un manque de respect aussi flagrant. Son métier l’empêchait généralement d’être traité de la sorte, mais personne ici ne savait qui il était.

Un mangeur difficile

Baker est entré dans le restaurant et a rejoint la file d’attente. Sa faim se faisait de plus en plus ressentir à mesure qu’il lisait le menu sur le mur. Il avait depuis longtemps réduit son choix à deux plats. Baker était un homme très bon, mais il a toujours été connu pour être un mangeur difficile.

Il était difficile, c’est le moins qu’on puisse dire, alors lorsqu’il a choisi un restaurant, il avait bon espoir que ses recherches soient fructueuses. Il était persuadé qu’ils valaient les 45 minutes d’attente dans la file. Mais oh, comme il avait tort !

Avoir faim, perdre patience

Bien que le temps d’attente pour passer une commande était anormalement long, Baker était un homme patient. Mais rapidement, sa patience allait atteindre sa limite. Lorsque Baker arrive enfin à la caisse, il était affamé et impatient de passer sa commande.

Baker a salué poliment la caissière qui le regardait avec agacement. Elle mâchait un chewing-gum et semblait manifestement ne pas passer une bonne journée. Néanmoins, il a continué de sourire en commandant son repas. Baker aimait remonter le moral des gens quand il le pouvait, il comprenait que la vie n’était pas facile. Et ce n’était certainement pas le cas pour cette employée.

Confusion

Baker a donc passé sa commande et était surpris d’entendre qu’il ne pouvait pas commandé ce qu’il souhaitait. Il était déçu mais il avait encore d’autres options. Il passe à sa deuxième option, qui, là encore, n’était pas disponible.

Confus, il a levé les yeux sur le menu et commande le seul autre plat du restaurant qu’il voulait. Elle a roulé des yeux et a répété sa réponse précédente. Baker en avait marre. Il venait de passer beaucoup de temps à faire la queue pour des plats qui étaient indiqués à la craie dans la rubrique des plats du jour. S’il avait su que ces plats n’étaient pas disponibles, il n’aurait pas attendu.

Boutons poussés

Et sa mauvaise attitude incessante n’arrangeait pas les choses. Il a tout de même retenu sa frustration et a demandé s’ils avaient autre chose qui n’était pas décrit dans le menu. Elle a levé les yeux au ciel à nouveau et la regardé fixement comme pour lui dire par télépathie que la question qu’il venait de poser était stupide.

Maintenant, son attitude ainsi que leur publicité mensongère devenaient trop importantes. Il devait dire quelque chose. Mais avant qu’il ne puisse ouvrir la bouche, c’est comme si elle lisait dans ses pensées. Elle a déclaré : « Écoutez, monsieur, si vous ne voulez pas commander, vous devez partir« .

Parler au manager

« Ça y est !« , a pensé Baker. Il n’a pas bougé et a calmement répondu : « Puis-je parler à votre responsable ?« . Sans un mot, elle s’est retourné et a appelé sa responsable. La responsable est arrivé. Elle a regardé Baker, puis la file d’attente derrière lui : « Quel est le problème, monsieur, vous retardez les gens derrière vous« .

Maintenant, Baker comprenait d’où venait l’attitude de l’ouvrier. Il savait que cela n’allait pas être agréable. Il lui a expliqué ce qui s’est passé et comment la direction devrait régler le problème. Sa réponse l’a mit hors de lui.

Rires

Puis, pour aucune raison, une cuisinière s’est approchée de la caisse pour dire à sa responsable : « Vous feriez mieux de me remplacer, parce que je ne le sers pas« , en faisant un geste vers Baker.

C’était sûrement un comportement inacceptable de la part de son personnel ? Baker a attendu que la gérante agisse, mais elle s’est mise à rire. Baker a gardé son sang-froid et leur a calmement conseillé de mieux traiter leurs clients, ou il y aurait des répercussions.

La tension monte

Comme Baker l’avait prévu, elle n’a pas apprécié son conseil. « Je comprends que les choses ne se sont pas passées comme vous le souhaitiez aujourd’hui, monsieur, mais c’est la vie. Maintenant, si vous pouviez gentiment partir de mon établissement. Je ne sers pas des hommes comme vous« , a-t-elle dit en ricanant.

« Des hommes comme moi ?!« , a répondu Baker avec incrédulité. Que voulait-elle dire par « des hommes comme lui » ? Baker en avait assez. Il ne voulait plus jouer au gentil. Parlant avec plus d’autorité, il lui a demandé de préciser ce qu’elle entendait par « hommes comme lui« .

Froide et défiante

Elle était froide et défiante. « Je n’ai pas besoin d’expliquer ce que je voulais dire à qui que ce soit. Sortez maintenantet arrêtez de vous faire remarquer« , a-t-elle déclaré. Baker a vu rouge. Il n’était pas habitué à ce que les gens désobéissent à ses ordres de cette façon. Et il n’est certainement pas habitué à ce que les gens le regardent de haut – personne ne devrait l’être !

Il était clair qu’elle n’avait aucune idée de qui il était ou de l’autorité qu’il avait. Il pensait souvent que se promener sans son uniforme était un bon moyen de voir comment les gens étaient vraiment. Et il avait raison.

Visages inconnus

Il s’est senti ridiculisé. Il a regardé autour de lui et tous les yeux étaient rivés sur lui. Son visage rougit lorsqu’il a réalisé que presque tout le monde dans le restaurant le regardait. Il ne reconnaissait personne, mais il s’est demandé si l’un des clients l’avait reconnu.

Si c’était le cas, ils n’auraient probablement pas pensé qu’un restaurant aurait le culot de le traiter de la sorte. N’ayant plus rien à dire, Baker a quitté le restaurant. Il était bouleversé, en colère et mortifié par leur comportement, un comportement qu’il ne pouvait pas laisser impuni.

Confrontation

Il allait oublier ce début de journée pénible et revenir demain pendant ses heures de travail, dans l’uniforme qui lui rappelle de traiter et de servir tout le monde avec respect. Comment réagiraient-ils alors ?

Le lendemain, Baker a enfilé son uniforme de chef de police et s’est rendu au travail. Il avait beaucoup de choses à rattraper de son jour de congé. Il est occupé, mais il s’est déjà promis d’appeler le restaurant et de montrer son vrai visage.

Inspirant l’autorité

Baker s’était arrêté au restaurant en rentrant d’une mission sur le terrain. Il a garé sa voiture de police juste à l’extérieur, chanceux de trouver une place de parking, et a poussé les portes.

Son visage avait un air sévère. L’aura de sa présence remplissait tout le restaurant. Baker était un homme large et grand, et avec son uniforme, il semblait respirer l’autorité. Maintenant, tout le monde le regardait, mais pour de bonnes raisons.

Des froncements de sourcils aux sourires

Il était accueilli avec des sourires et du respect. Même les visages de tous les employés se sont soudainement éclaircis, y compris celui de la caissière qui était maintenant beaucoup plus attentive.

Elle l’a accueilli avec un grand sourire qui s’est ensuite lentement effacé lorsqu’elle la reconnu. Laissant tomber les formalités, il demande la responsable. Baker se tenait debout, une main posée sur sa ceinture et une autre tenant son talkie-walkie. D’autant plus que son appel radio sonnait avec des mises à jour de l’officier.

Excuses acceptées

Aujourd’hui, cependant, c’était un autre responsable qui travaillait. Mais elle a été très bouleversée par ce que Baker lui a dit et s’est immédiatement excusée. Elle s’est également engagée à lancer une enquête interne sur les activités de son collègue.

Peu de temps après, l’histoire s’est répandue sur les réseaux sociaux, où des témoins qui étaient présents ont parlé de la mauvaise gestion de l’agent. Le restaurant a été contraint de publier une déclaration.

Un cauchemar de relations publiques

Une porte-parole du restaurant n’a pas essayé de nier les allégations lorsqu’elle a été interrogée sur le traitement choquant de l’agent par le personnel. Elle a dit aux journalistes que tout s’était passé exactement comme Baker l’avait décrit.

Le restaurant s’est dit consterné qu’un officier de la loi ait été traité avec un tel manque de respect et a promis de se pencher sur la question. Mais cela sera-t-il suffisant ?

« Je ne sais pas pourquoi l’officier offensé n’a pas porté plainte pour 150 000 dollars. Comme cette boulangerie de l’Oregon qui a refusé de faire un gâteau de mariage pour un couple gay. La discrimination, c’est la discrimination ! » a écrit un lecteur furieux, tandis qu’un autre a adopté un point de vue plus pragmatique.

Une déclaration publique

« Nous travaillons avec les autorités compétentes et les représentants de l’association de la police locale pour mettre toute la lumière sur cette affaire et la résoudre le plus rapidement possible« , ajoute le communiqué.

« Nous avons fait des efforts pour entrer en contact avec l’officier de police impliqué, mais nous n’avons pas encore parlé avec lui. Nous continuerons à examiner la situation et prendrons les mesures appropriées à la fin de cet examen. »

Le tollé du public

L’histoire a rapidement fait le tour de Twitter et Facebook, au grand dam de milliers d’utilisateurs. « Je ne sais pas pourquoi l’agent offensé n’intente pas un procès pour 150 000 dollars. C’est un comportement affreux qui peut facilement être considéré comme une violation des droits des clients« .

Même si Pete Feltham, représentant du syndicat de la police d’Alexandria, a félicité le restaurant pour sa coopération et ses excuses rapides, le mal était déjà fait – même lorsque le restaurant s’est empressé d’accrocher des affiches soutenant les policiers à l’extérieur du restaurant.

Se démener pour arranger les choses

Il a ajouté qu’il pensait que Baker avait « parfaitement géré la situation » – il s’est désengagé plutôt que d’intensifier la confrontation. Cependant, il s’est dit surpris qu’un tel incident se produise à Alexandria, car les forces de police entretiennent généralement de bonnes relations avec les résidents et les entreprises locales.

Les propos de M. Feltham n’ont cependant pas réussi à calmer la haine du internautes. Des centaines de commentaires ont été laissés sur la page Facebook du restaurant, les informant avec colère qu’ils allaient être boycottés de façon permanente et encourageant les autres clients à faire de même.

Appels au boycott

À la suite de l’incident, il a même été question de voler le restaurant. Cependant, Baker a clairement exprimé sa position à ce sujet. Il a déclaré qu’il n’était pas favorable à la « cancel culture » et qu’il ne souhaitait pas que des crimes soient commis au restaurant à cause de cela. Il décourage également quiconque d’essayer de boycotter l’établissement.

« Soyez plus intelligent !« , exhorte-t-il. « Les actions de quelques-uns ne sont pas équivalentes aux actions de beaucoup« . En réponse à l’énorme quantité de réactions, le restaurant a tenu sa promesse. Il a publié une déclaration officielle moins d’une semaine plus tard, selon le Washington Post.

Une autre déclaration

Dans un communiqué, la société a déclaré que « les opinions et les actions de ces individus » étaient « inexcusables » et « ne reflétaient pas celles de la société ou du reste du personnel du restaurant de Duke Street« , a déclaré la source.

« Nous avons conclu que les deux membres de l’équipe en question ont agi de manière inappropriée et nous avons immédiatement mis fin à leur emploi« , a déclaré l’entreprise dans un communiqué.

Terminé

« Nous avons le plus grand respect pour les représentants des forces de l’ordre et nous apprécions la relation que nous avons établie avec le département de police local d’Alexandria au fil des ans. » Mais ce n’est pas tout.

Le directeur de nuit et le restaurant ont retrouvé Baker pour s’excuser du comportement choquant des trois membres du personnel et prévoient de faire tout leur possible pour faire comprendre à tous leur position en matière de soutien aux forces de l’ordre.

Faire les choses bien

La situation a même attiré l’attention d’Allison Silberberg, maire d’Alexandrie. Elle a déclaré qu’elle appréciait les « excuses sincères de l’entreprise pour cette situation malheureuse« . Mais que pensent les autres membres des forces de police de cette histoire ?

« Eh bien, votre première réaction en tant qu’officier de police est la colère« , a déclaré le chef du service de police à la chaîne locale. « Ce sont des temps très difficiles en ce moment avec nos relations avec tout le monde, et avoir un de mes officiers traité de cette manière inutilement – votre première réponse est la colère, puis vous vous calmez un peu. »

Comment quelqu’un pouvait-il être aussi impoli ?

Lorsqu’une serveuse a vu une scène similaire se dérouler, elle a décidé d’intervenir. Brittany sentait la colère bouillir en elle. Comment quelqu’un pouvait-il être aussi impoli ? Elle n’avait jamais vu cela auparavant.

Ce n’était pas non plus comme s’ils essayaient d’être discrets – ils essayaient de la manipuler pour la faire changer d’avis. La situation a empiré lorsqu’elle est allée voir son patron et qu’on lui a dit de « faire comme si de rien n’était« .

Fat Joe’s

Brittany Spencer travaillait comme serveuse depuis deux ans et elle pensait avoir tout vu. Toutes sortes de personnes vont et viennent au Fat Joe’s Bar & Grill, dans le Wisconsin. Et quand un couple de personnes âgées a franchi les portes, elle n’a rien pensé… au début.

Cependant, lorsqu’ils ont pris place, leurs expressions ont changé. Brittany a tout de suite su qu’ils allaient être difficiles. Le couple regarde le restaurant avec dégoût, comme s’ils venaient de vivre leur pire cauchemar. C’est vrai, ce n’est pas un restaurant étoilé mais la nourriture est bonne.

Quel est leur problème ?

Brittany rejette ses premières impressions. Elle savait qu’elle pouvait leur remonter le moral avec sa personnalité pétillante. Mais elle n’avait aucune idée à quel point elle se trompait. Elle s’est approchée et leur a donné des menus.

Il n’y a même pas eu un bonjour en retour alors qu’elle leur tendait les menus. La femme avait l’impression d’avoir fait quelque chose d’horrible. Elle s’éloigne, mais lorsqu’elle se retourne, elle voit que le couple montre du doigt et se moque d’un autre client dans un coin du restaurant.

Aggravation de la situation

La cible était un client régulier et très agréable. Quel est leur problème ? Brittany est loin de se douter qu’elle est sur le point de le découvrir.  Le couple était en pleine conversation et ne savait pas que Brittany se tenait juste derrière eux, attendant une autre table.

Elle a écouté toute leur conversation. Les mots qui ont été prononcés ont choqué Brittany. Comment ont-ils pu dire quelque chose comme ça ? Alors que Brittany s’approche d’eux pour prendre leur commande, ils lui demandent ce qu’elle pense de « l’autre client« .

Cet « autre client »

Ils ont demandé à Brittany si elle le trouvait dégoûtant, allant jusqu’à se demander pourquoi ils laissaient entrer « quelqu’un comme ça » dans le restaurant. Leurs visages n’étaient remplis que de jugements infâmes.

« Désolé, mais je ne peux pas vous servir. Et je ne suis pas d’accord avec ce que vous avez dit« , leur a-t-elle dit avant de s’éloigner. Cependant, elle ne pouvait pas en rester là et a demandé à son responsable si la table pouvait être attribuée à un autre employé à la place. Mais les choses allaient s’aggraver.

Rentrer chez soi

Son manager a refusé, lui disant essentiellement qu’elle pouvait « faire comme si de rien n’était ou rentrer chez elle« . Brittany savait qu’elle ne pouvait pas servir la table avec des clients qui avaient des opinions aussi horribles sur un autre être humain, sans parler du fait qu’elle mettait un de leurs habitués mal à l’aise.

Elle a donc pris son sac et est partie en claquant la porte. Mais les répercussions de ses actions étaient sur le point de lui revenir en pleine figure… Le soir même, Brittany a raconté ce qui s’était passé sur Facebook.

Partager son expérience en ligne

Les internautes ont réagi, applaudissant Brittany pour s’être défendue, et certains ont même dénoncé le restaurant où l’événement s’est produit. En fermant son ordinateur portable et en se blottissant dans son lit, Brittany a poussé un soupir de soulagement. Tout le monde, semble-t-il, était de son côté.

Le copropriétaire du restaurant a déclaré que Brittany avait été licenciée parce qu’elle refusait de faire le travail pour lequel elle avait été engagée. Au cours de toutes ses années dans le secteur, elle a dit qu’elle avait entendu beaucoup de conversations avec lesquelles elle n’était pas d’accord, mais qu’il fallait juste continuer et faire son travail.

Un mauvais œil

Brittany, comme d’autres, a déclaré que le fait de laisser des discours haineux se produire dans son établissement sans réagir revenait à fermer les yeux – ce qui, selon elle, revient à dire soi-même des choses haineuses.

Mais Brittany continue de penser qu’elle a pris la bonne décision. Brittany a terminé son message viral sur Facebook par : « N’hésitez pas à laisser un commentaire sur leur page Facebook, Fat Joe’s Bar and Grill. » Ils ont reçu tellement de haine qu’ils ont dû désactiver temporairement leur page Facebook – elle est cependant maintenant réactivée.

Reprise de Facebook

De plus, peu de temps après que la situation soit devenue virale, quelques protestations en personne ont forcé le restaurant à appeler la police. Malgré tout, ils affirment que l’événement n’a pas affecté leur activité quotidienne et qu’ils continueront à adopter la même approche morale.

Il y a cependant un élément clé qu’ils ont commodément omis, et qui a échappé à beaucoup de gens. Brittney a agi avec suffisamment de professionnalisme pour demander simplement à changer de table – ce qui n’est pas une demande monumentale.

Commandez simplement la nourriture

La réaction du patron était révélatrice de son attitude à l’égard du confort de son employé, mais qu’en est-il du droit de refuser de servir des clients qui essaient d’imposer leurs opinions à quelqu’un qui veut simplement prendre sa commande ? Et qu’est-ce que les propriétaires, Joe et Whitney Wallander, ont à dire ?

« Tout le monde a ses opinions, tout le monde a le droit de s’exprimer« , a déclaré Whitney, copropriétaire de Fat Joe’s, dans une interview accordée à CBS. Whitney affirme également qu’elle et son équipe de direction ont pris la décision de renvoyer Brittany chez elle pour la journée, mais ne l’avaient pas réellement licenciée pour avoir refusé de servir les clients.

Nommer et humilier

Avant la réunion du personnel ce dimanche matin, d’autres employés du restaurant ont montré aux Wallender des captures d’écran du message que Brittney avait écrit sur Facebook au sujet de l’incident.

Bien que le message ne fasse pas directement référence à Fat Joe’s, Tad Wallender a déclaré que le profil Facebook de Brittany indiquait Fat Joe’s comme son lieu de travail. Cela, dit-il, lie le message et le restaurant. Et ils ne pouvaient pas laisser passer cela.

Rejeté

Tad et Whitney n’ont pas apprécié d’être publiquement critiqués sur Facebook. Après tout, chaque établissement a une réputation à défendre. Tad trouvait que c’était très peu professionnel de la part de Brittany. Lorsque Brittany est arrivée à la réunion du personnel, elle a été rapidement licenciée.

« Elle a décidé qu’elle voulait parler de son renvoi à la maison sur Facebook« , a déclaré Whitney. « Et nous avons juste pris la décision que nous ne pouvons pas garder des employés qui nous donne une mauvaise réputation« .

Une « décision commerciale »

« Nous devrions être capables de nous entendre en tant que communauté« , dit Whitney. « Tout le monde a des opinions différentes, et je pense qu’il est important que nous sachions comment vivre avec des gens qui ont des opinions différentes des nôtres. »

« Nous ne prenons pas position dans les conversations que les gens ont. Nous n’allons pas imposer les croyances politiques, les croyances morales, les idéaux de qui que ce soit à qui que ce soit. Nous sommes juste là pour servir de la nourriture et des boissons« , a déclaré Tad à USA TODAY.

« Nous sommes juste là pour servir de la nourriture et des boissons »

Même si les propriétaires du restaurant se sentent justifiés dans leurs actions, d’autres soutiennent qu’ils auraient dû être mieux informés, surtout dans le climat politique actuel. La discrimination a été sous le feu des projecteurs politiques et médiatiques ces derniers mois, et les campagnes qui espèrent sensibiliser le public à ce problème sont plus actives que jamais.

En conséquence, la plupart des internautes ne voient pas d’un bon œil toute forme d’intimidation. Après la publication de Brittany, la page Facebook de Fat Joe s’est transformée en « champ de bataille politique« , selon Tad, ce qui l’a obligé à la désactiver. Puis, un jour plus tard, l’entreprise a reçu plus d’une douzaine de messages de menaces.

Deux habitués

Selon les propriétaires, Fat Joe’s cherche toujours à être neutre et respectueux. Selon eux, les clients qui ont fait les remarques grossières et la personne dont ils parlaient sont tous deux des habitués du restaurant. Et Tad a déclaré qu’il n’y avait jamais eu de problème auparavant.

« S’ils ont eu l’impression d’être harcelés, si c’est le cas, je m’en excuse — cela n’a jamais été mon intention« , dit Brittany. « Je ne veux pas que quelqu’un soit harcelé, mais ils doivent savoir que ce qu’ils ont fait était mal. »

Qui était dans l’erreur ?

« Laisser les gens dire des choses transphobes, ce n’est pas rester neutre« , a déclaré Brittany. « Je n’ai pas fait de scène. Je ne demandais pas qu’ils soient mis à la porte. Je ne voulais juste pas les servir. » De son côté, le restaurant semble redoubler d’efforts après toutes les réactions négatives. Tad a déclaré que le restaurant accueille tout le monde, et cela inclut apparemment les clients odieux qui aiment harceler les autres clients.

« Si vous voulez franchir notre porte d’entrée et avoir notre nourriture ou nos boissons, regarder la télévision, regarder la musique en direct, nous allons vous servir du mieux que nous pouvons et vous rendre heureux selon vos normes« , a déclaré Wallender à WTMJ.

Pas sous sa surveillance

Brittany a déclaré qu’elle n’avait aucune rancune envers le restaurant ou les propriétaires de l’établissement, mais elle espère que la réponse qu’ils ont reçue en ligne leur servira d’expérience d’apprentissage et qu’à l’avenir, ils ne laisseront pas les discours de haine passer sans réagir.

« J’espère que cet incident ouvrira les yeux des gens sur le fait que la haine comme celle-ci se produit encore de nos jours et que le fait de rester les bras croisés et de répandre la haine est tout aussi mauvais que de la répandre soi-même« , a-t-elle déclaré. Pensez-vous qu’elle a fait le bon choix ?

By  Margot

First Afrique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Next Post

BÉNIN : SADO PREND LE POSTE D'OKOUNLOLA Á L'ASSEMBLÉE NATIONALE

ven Oct 8 , 2021
Les députés de la 8ème législature ont, à l’occasion d’une session extraordinaire tenue ce jeudi 07 octobre 2021, élu Nazaire Sado au poste de deuxième questeur de l’Assemblée nationale. Le député Nazaire Sado a été élu ce jeudi 07 octobre 2021 au poste de deuxième questeur de l’Assemblée nationale. Il […]
First Afrique Tv