GUINÉE : LA JUNTE DÉVOILE UNE « CHARTE DE LA TRANSITION » SANS EN FIXER LA DURÉE

Ce texte assigne aux autorités une série de missions, dont l’élaboration d’une nouvelle Constitution et l’organisation d’élections « libres, démocratiques et transparentes ».

Le Monde avec AFP

La junte en Guinée a dévoilé les organes de la transition vers la restauration d’un pouvoir civil élu, sans fixer la durée de cette transition. La « charte de la transition », sorte d’acte fondamental lu lundi 27 septembre au soir au journal télévisé, assigne aux autorités de transition une série de missions, dont l’élaboration d’une nouvelle Constitution et l’organisation d’élections « libres, démocratiques et transparentes ».

Le colonel Mamady Doumbouya (au centre), chef de la junte militaire au pouvoir en Guinée, à Conakry

La transition sera conduite par quatre organes : le Comité national du rassemblement pour le développement (CNRD), instauré par les militaires après le putsch du 5 septembre et dirigé par le colonel Mamady Doumbouya ; le président de la transition, chef du CNRD, chef de l’Etat et des forces armées ; un gouvernement dirigé par un premier ministre civil ; et un organe législatif, le Conseil national de la transition (CNT). Aucun membre de ces organes ne pourra se présenter « ni aux élections nationales ni aux élections locales qui seront organisées pour marquer la fin de la transition ».

La durée de cette transition « sera fixée de commun accord entre les forces vives de la nation » et le CNRD, dit la charte, alors que la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao) réclame la tenue d’élections dans six mois.

Le CNT, composé de 81 membres proposés par différentes composantes de la population, dont les partis politiques, la société civile, les syndicats, le patronat et les forces de sécurité, aura pour tâche d’élaborer le projet de Constitution. Les membres du gouvernement du président déchu Alpha Condé et des institutions de son régime ne pourront pas être désignés au CNT, selon la charte.

Alpha Condé avait fait adopter par référendum, en mars 2020, une nouvelle Constitution et avait invoqué ce changement de loi fondamentale pour se représenter après deux mandats, malgré des mois de contestation réprimée dans le sang. Sa réélection en octobre 2020, vigoureusement contestée par l’opposition, avait été précédée et suivie par des dizaines d’arrestations.

Le Monde avec AFP

First Afrique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Next Post

BÉNIN : LE PROJET DE BUDGET 2022, TRANSMIS AUX DÉPUTÉS POUR EXAMEN

jeu Sep 30 , 2021
Le gouvernement béninois a finalisé son projet de budget qui s’élève à 2.541,203 milliards de FCFA pour le compte de l’année 2022. Il a été transmis à l’Assemblée nationale, pour examen et vote, ce mercredi 29 septembre 2021. Le projet de budget de l’État pour la gestion 2022, tend vers […]
First Afrique Tv