Un Français sur deux ne croit pas en Dieu

91% des sondés déclarent également que l’épidémie de Covid-19 ne les pas rapprochés d’une pratique religieuse.

Un peu plus de la moitié (51%) des Français ne croient pas en Dieu, et l’épidémie de Covid-19 a eu peu d’effet sur la pratique religieuse, selon un sondage Ifop pour l’Association des journalistes d’information sur les religions (Ajir) publié jeudi.

À la question « Vous, personnellement croyez-vous en Dieu? », 51% des sondés répondent « non » (contre 44% en 2011 et 2004). Les Français étaient 66% à croire en Dieu en 1947, selon un sondage Ifop de l’époque. Dans le détail, les plus croyants sont chez les 65 ans et plus (58%) puis chez les 18-34 ans (48%).

L’épidémie de Covid-19 les a-t-elle rapprochés d’une pratique religieuse ? « Non », disent les interviewés, à 91%. Seuls 9% répondent par l’affirmative.

Pour 54% des personnes interrogées, « toutes les religions se valent »

Sondés sur l’incendie de la cathédrale Notre-Dame de Paris en 2019, 79% répondent que cet événement n’a pas réveillé en eux de « sentiment religieux » ni de « fibre spirituelle ». Mais 21% ressentent le contraire. Autre enseignement: les Français parlent de moins en moins de religion en famille: ils sont 38%, contre 58% en novembre 2009. Et seuls 29% en parlent avec leurs amis (49% en 2009).

L’étude s’intéresse aussi à leur avis sur le pape François; 41% pensent qu’il défend « plutôt bien » les valeurs du catholicisme, 44% qu’il les défend « ni bien ni mal » et 15% « plutôt mal ».

Par ailleurs, 68% des Français pensent que les religions « peuvent contribuer à transmettre aux jeunes des repères et des valeurs positives: respect de l’autre, tolérance, générosité, responsabilité ». Ils étaient 77% à le penser en 2009.

Pour 54% des personnes interrogées, « toutes les religions se valent » (62% en 2007). Pour 47% des Français, « le message et les valeurs du christianisme sont toujours d’actualité ». Et pour 47%, « les religions peuvent contribuer positivement aux grands débats de société: bioéthique, moralisation de l’économie, famille » (contre 51% en 2009).

L’enquête a été menée du 24 au 25 août auprès d’un échantillon de 1028 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus par questionnaire auto-administré en ligne, selon la méthode des quotas.

Article original publié sur BFMTV.com

First Afrique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Next Post

BÉNIN: MISSION ACCOMPLIE POUR LES MEMBRES DU CLUSTER E&A – BENIN

dim Sep 26 , 2021
Le cocktail thématique initié par le Cluster E&A – Bénin et axé sur le thème « Les réformes dans le sous-secteur de l’énergie électrique », est à son terme. Les participants ont eu l’immense plaisir d’être éclairés sur les reformes l’énergie électrique au Bénin. Les exposés des différentes personnalités dont […]
First Afrique Tv