POLITIQUE: LA CONFÉRENCE DE L’ONU SUR LE RACISME BOYCOTTÉE

La France sera absente au quatrième sommet de l’ONU sur le racisme en Afrique du Sud. L’annonce a été faite ce vendredi par l’Elysée. Paris n’est pas le seul pays occidental à avoir décidé de ce boycott. Elle dénonce des propos antisémites prononcés lors d’une précédente édition.

« Préoccupé par l’historique des déclarations antisémites prononcées dans le cadre de la conférence des Nations unies sur le racisme, dite conférence de Durban, le Président de la République a décidé que la France ne participerait pas à la conférence de suivi qui aura lieu cette année », indique l’Élysée.

FRANCE ONU

Sera absent à ce sommet plusieurs pays, dont les États-Unis, le Royaume-Uni, Israël, le Canada et plusieurs États européens. Ce sommet marque le 20ème anniversaire de la Conférence mondiale contre le racisme organisée pour la première fois en septembre 2001 à Durban (Afrique du Sud). Les questions de l’antisémitisme, du colonialisme et de l’esclavagisme sont la pomme de discorde. Autre point de discorde, la notion de « diffamation des religions », dont l’interprétation oppose plusieurs pays.

La troisième édition, en 2011, à Genève, avait vu les représentants des pays européens quitter la salle de conférence lors d’un discours anti-israélien prononcé à la tribune par le président iranien de l’époque, Mahmoud Ahmadinejad.

« Attachée à l’universalisme des droits de l’Homme, la France continuera de lutter contre toutes les forces de racisme et veillera à ce que la conférence de suivi de Durban se tienne dans le respect des principes fondateurs des Nations-unies », a ajouté la présidence française.

La rédaction

LA REDACTION

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Next Post

SANTE : ORIGINE DU COVID 19, LA CHINE REFUSE UNE ENQUÊTE SUR SON SOL

sam Août 14 , 2021
La Chine maintient son refus de l’enquête sur les origines du Covid 19 sur son sol. La demande de l’Organisation mondiale de la santé OMS a essuyé un nouveau refus. Elle demande notamment l’accès à « toutes les données sur le virus ».  La Chine dénonce une politisation de l’enquête “l’enquête initiale […]