INTÉGRATION/BÉNIN : BILAN ET PERSPECTIVES DU PROJET SWEED, AU CŒUR D’UNE RÉUNION

Les ministres des 9 pays membres du Projet SWEED, se sont réunis ce mardi 30 mars 2021 à Nouakchott, en mode virtuelle sous la présidence Mme Mariatou Koné, Ministre de la Solidarité, de la Cohésion Sociale et de la Lutte contre la Pauvreté de Côte d’Ivoire. L’objectif était de dresser le bilan de la première phase du projet et les perspectives de la deuxième phase qui vient d’être lancée (2020-2024).

Le Comité Régional de Pilotage (CRP) du Projet Autonomisation des Femmes et Dividende Démographique au Sahel (SWEDD) qui regroupe le Bénin, le Burkina Faso, le Cameroun, la Côte d’Ivoire, la Guinée, le Mali, la Mauritanie, le Niger et le Tchad, a organisé une rencontre virtuelle à Nouakchott ce mardi 30 mars 2021 dans le but de dresser le bilan de la première phase du projet et les perspectives de la deuxième phase qui vient d’être lancée (2020-2024) et qui se veut plus ambitieuse. Lancé en novembre 2015, avec le soutien financier de la Banque mondiale, l’appui technique du Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA) et l’Organisation Ouest-africaine pour la Santé (OOAS), le projet SWEDD, selon la fiche technique du projet « vise globalement à accélérer la transition démographique, à déclencher le dividende démographique et de réduire les inégalités de genre dans la région du Sahel ». L’engagement de la Banque mondiale, a contribué à la réussite de la Phase 1 du Projet SWEDD (2015-2020) qui, de 6 pays au départ (Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Mali, Mauritanie, Niger et Tchad) est passé à 7 pays (Bénin), puis à 9 (Cameroun et Guinée). Et d’autres pays souhaitent intégrer le collectif. Le projet intervient dans le domaine de la santé (Santé de la reproduction, maternelle, néonatale, infantile et nutritionnelle), avec l’amélioration de l’offre de services de santé de qualité. Mais aussi dans le domaine de l’éducation et de la scolarisation des filles, l’autonomisation des femmes et des filles, le changement de comportement social par l’abandon de pratiques socioculturelles néfastes (mariage des enfants, excision, violences contre les femmes et les filles, etc).

Cette deuxième phase du projet SWEDD, met l’accent sur la jeune fille vulnérable, la protection et la promotion des droits des femmes et des filles, l’accentuation des inégalités existantes entre les sexes, l’autonomisation économique des femmes, la prise en compte des violences basées sur le genre et la promotion de la planification familiale à travers la distribution à base communautaire en ciblant particulièrement les adolescentes.

Notons que le 28 juin 2020, le Conseil des administrateurs de la Banque mondiale a octroyé un financement additionnel de 376 millions de dollars pour soutenir l’exécution de la Phase 2 du projet SWEDD pour la période 2020-2024. Ce qui porte à 680 millions de dollars l’appui de la Banque mondiale pour renforcer le capital humain et impulser le développement des pays africains grâce à l’autonomisation des femmes.

La rédaction

F-KINT

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Next Post

BÉNIN : L’ANATT DÉMATÉRIALISE L’EXAMEN DU CODE DE LA ROUTE.

dim Avr 4 , 2021
L’examen du code de la route est dématérialisé au Bénin dès ce lundi 29 mars 2021. Telle est la réforme intervenue dans le secteur du transport, suite à la mise en place d’une plateforme.  Le gouvernement du Bénin poursuit ses réformes visant l’amélioration du climat des affaires par la dématérialisation […]
tubeporn