BÉNIN : TALON RÉUSSIT LA NUMÉRISATION ET LA DÉMATÉRIALISATION DES SERVICES

Le chef de l’Etat a honoré, en moins de cinq ans, à sa promesse qui consiste à faire du Bénin la plateforme des services numériques de l’Afrique de l’Ouest, le levier de l’accélération de la croissance et de l’inclusion sociale. En témoigne les nombreux progrès et les résultats perceptibles dans plusieurs secteurs.

Dès son accession à la magistrature suprême en avril 2016, le numéro un béninois a promis faire du Bénin un pays numérisé, avec des services dématérialisés. Pour atteindre son objectif, le gouvernement dirigé par le président Patrice Talon a déployé sur toute l’étendue du territoire national, plus de 2000 km de fibres optiques, rendant possible l’accès à l’internet haut débit. Le réseau ainsi déployé est en train d’être densifié et étendu. Afin de faciliter son exploitation rapide pour les citoyens, notamment ceux vivant dans les zones non urbaines, le gouvernement a mis en place les points numériques communautaires. Leur rôle est de permettre aux populations des localités concernées d’accéder au haut débit. En plus des câbles SAT3 et ACE qui desservent le pays, Patrice Talon et ses ministres ont décidé en Conseil des ministres, de la réalisation d’un point de branchement pour l’atterrissement du câble 2AFRICA, l’un des plus grands projets de câbles sous-marins au monde. Une action dont le but est de « doubler à moyen terme la capacité de la bande passante ».

Toujours dans le but de favoriser un accès facile à l’internet, le Bénin ambitionne mettre en service son datacenter. Il s’agit d’une infrastructure stratégique de stockage et de traitement moderne destinée à héberger les données et les systèmes d’information du pays, mais aussi ceux des Etats et entreprises de la sous-région. C’est un datacenter sécurisé, et en cours de certification au niveau des normes les plus exigeantes (niveau3 de la norme ANSI/TIA 942).

PATRICE TALON

Par ailleurs, une infrastructure d’interopérabilité a été mise en place, permettant à l’ensemble des bases de données de l’administration publique d’être interconnectées en toute sécurité, facilitant ainsi les échanges de données, pour une délivrance plus efficace des services publics dématérialisés aux citoyens et entreprises.

Selon le magazine Jeune Afrique, le Bénin dispose aujourd’hui d’une infrastructure publique (PKI), qui délivre des certificats numériques conformes aux normes de l’industrie afin de sécuriser les plateformes, les transactions en ligne et les titres d’identité, tels que la carte nationale d’identité et les passeports. « Une vision forte en matière de sécurité numérique, lisible à travers la stratégie nationale dédiée à cette thématique et la mise en place en 2020 de l’organe de contrôle des prestataires de services de confiance ». Le journal indique que cela « encourage l’éclosion d’un écosystème autour des services de confiance pour une économie numérique durable ».

À tout ceci s’ajoute la Télévision numérique terrestre (TNT). Grâce à l’installation du réseau et à la mise en place des infrastructures, les ménages pourront avoir accès à des programmes variés au fur et à mesure que les décodeurs adéquats seront disponibles. Dans tous les secteurs, le Bénin a connu une révolution numérique sans précédent. Que ce soit dans les infrastructures modernes mises en place que dans la digitalisation de l’administration publique, le pays a connu de profonds changements. Le Bénin est le 1er pays à se doter d’un Code du numérique. Du fait de cette révolution, les citoyens se font désormais délivrer en ligne, des actes administratifs (le casier judiciaire, l’IFU, etc).

La rédaction

LA REDACTION

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Next Post

BURUNDI : L’UNION EUROPÉENNE ENTAME UN DIALOGUE SUR LA LEVÉE DES SANCTIONS

jeu Fév 4 , 2021
A Bujumbura ce 2 février, le gouvernement burundais et l’Union européenne ont enclenché un dialogue politique en vue de la levée des sanctions budgétaires prises à l’encontre du pouvoir burundais au début de la crise 2015. En effet, c’était en raison de graves violations des droits de l’homme » imputées […]