SPORT- BÉNIN : LEVÉE DE SUSPENSION DES ACTIVITÉS SPORTIVES ET LA PROFESSIONNALISATION DU SPORT

Le ministre des sports Oswald Homeky a annoncé la levée des suspensions des activités sportives et la professionnalisation du sport au Bénin. C’était lors d’une conférence de presse tenue dans la salle de conférence du ministère des sports ce 23 décembre 2020.

En effet, pour éviter la propagation du covid-19, le gouvernement béninois a interdit il y a quelques mois toutes les manifestations sportives à caractère non essentiel. Ce qui a paralysé ce secteur. Lors du conseil des ministres du 23 décembre 2020, le gouvernement a décidé d’alléger les mesures restrictives de lutte contre la pandémie du coronavirus impliquant la levée des suspensions des activités sportives. Selon le ministre Oswald Homeky cette levée de suspension implique la reprise des activités sportives dans le respect strict des mesures barrières en vigueur. Ainsi, toutes les disciplines peuvent désormais reprendre les entrainements et les compétitions mais dans le respect strict des mesures en vue de préserver la santé de chacun et de tous. « Je veux en appeler à la responsabilité, à la conscience collective, de toute la famille sportive béninoise, de tous les acteurs des différentes fédérations pour que le retour à notre passion ne soit pas l’occasion de déplorer des pertes en vie humaine. » a-t-il déclaré.

Au lendemain de l’assemblée générale extraordinaire tenue à Grand Popo, qui a réuni tous les membres délégués des différent (es) (clubs, ligues, associations) il en résulte donc la validation de la réforme de la professionnalisation du championnat nationale du football. « Désormais les sportifs et les membres d’encadrement technique de nos différentes équipes, associations feront leur passion, le sport qu’ils ont choisi et dans lequel ils ont du talent mais en tirerons un revenu pour pouvoir subvenir à leur besoin. Tous les sportifs seront désormais régis par un contrat qui va comporter un élément d’énumération fixe, stable et pérenne. » A-t-il affirmé

Il poursuit « toutes les associations évolueront en convention avec des entreprises commerciales et l’ensemble forme une société sportive. Tous les clubs qui évolueront désormais dans les championnats professionnels ne seront plus la propriété de personnes physiques mais appartiendront à des sociétés, toutefois une seule personne physique peut être actionnaire de la société sportive. Nous passons à un modèle où les clubs appartiennent à une société sportive, les budgets, les championnats sont établis à l’avance et les actionnaires des clubs, des investisseurs s’organisent, se mobilisent pour que le championnat puisse se tenir dans de bonnes conditions. ». « Il est désormais obligatoire que tout club professionnel ait un club en catégorie d’âge et un club de football féminin. » a-t-il ajouté.

Par ailleurs les autres disciplines notamment le football, le hand ball et les différents sociétaires des différentes équipes, clubs seront eux aussi régis par la même base juridique avec le soutien de l’Etat.

On espère qu’avec cette réforme le sport sera désormais au Bénin comme un élément de visibilité, de rayonnement et de création de richesse.

Lors de son traditionnel message sur l’état de la nation, le président Denis Sassou Nguesso a évoqué la situation économique difficile du pays ce mercredi 23 décembre, devant le Parlement réuni en congrès. Selon lui cette situation n’empêchera pas l’organisation de la prochaine élection présidentielle prévue pour le 21 mars 2021 conformément aux délais constitutionnels.

En effet le chef de l’Etat a de long en large décrit la situation économique du pays due à la baisse des cours du pétrole. « Les recettes principales (du pays) sont passées de 4.152 milliards de FCFA en 2014 à 1.469 milliards de FCFA à fin décembre 2020, soit une baisse de 65% », a-t-il déclaré ?

A l’en croire, cette situation économique n’empêchera pas la tenue de l’élection présidentielle de 2021. « Nos difficultés de l’heure ne peuvent pas nous amener à emprunter des chemins hasardeux et dangereux de l’anti-constitutionnalité. La prochaine élection présidentielle devrait avoir lieu au plus tard le 21 mars 2021 », a-t-il affirmé.

La rédaction

F-KINT

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Next Post

CENTRAFRIQUE : SIX CANDIDATS DE L'OPPOSITION DEMANDENT LA REPRISE DES ÉLECTIONS.

ven Déc 25 , 2020
Suite au retrait de candidature   de Jean-Serge Bokassa, six candidats de l’opposition ont saisi la Cour constitutionnelle ce 24 décembre 2020 pour demander la  reprise des élections. Ils sont au total six plaignants à saisir la cour constitutionnelle pour la reprise des élections.  Il s’agit des candidats de l’opposition notamment […]
tubeporn