RDC : ENTRETIEN ENTRE LES DEUX GRANDS LEADERS POLITIQUES DU CONGO

Jean-Pierre Bemba Gombo chef du Mouvement de Libération du Congo (MLC)  et Felix Antoine Tshisekedi, président de la république congolaise ont eu un tête-à-tête au Palais de la nation à Kinshasa ce mercredi 04 novembre 2020.

Tête-à-tête Jean-Pierre Bembe – Felix Tshisekedi

Le Président de la République Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo a initié une série de consultations avec les forces politiques et sociales les plus représentatives pour aboutir à une Union sacrée de la nation. Le but de cette initiative est de refonder l’action gouvernementale autour des principes de participation à la gestion du pays. Pour atteindre son objectif le président Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo s’est entretenu avec le leader du Mouvement de Libération du Congo (MLC), Jean-Pierre Bemba Gombo, au Palais de la république à Kinshasa ce mercredi 4 novembre 2020. La presse présidentielle déclare, « très détendu, Jean-Pierre Bemba est entré seul dans la salle de consultations à 12h45. Après une première partie d’entrevue devant les collaborateurs du Chef de l’État, les deux personnalités ont échangé en aparté pendant plusieurs minutes ».

Il faut noter que, Jean-Pierre Bemba est arrivé en début d’après-midi, en provenance de Gemena, son fief dans la province du Sud-Ubangi où l’opposant séjourne depuis plusieurs mois. Depuis la mi-juillet, cette sortie est la première pour le sénateur. On le disait en train de régler ses affaires familiales et de remettre de l’ordre dans son parti. L’hôte du président congolais a affirmé à la sortie de son entretien qui a duré près de deux heures, « Ça s’est bien passé, je suis favorable à tout dialogue entre les Congolais ».

La rédaction

LA REDACTION

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Next Post

ÉLECTIONS AMÉRICAINES 2020 : INCERTITUDE QUANT A L’ISSUE DU SCRUTIN.

jeu Nov 5 , 2020
L’élection présidentielle américaine de 2020, dont le résultat n’était pas encore connu jeudi 5 novembre, a apporté son lot de rumeurs et suspicions sur la bonne tenue du scrutin. Celles-ci vont généralement toutes dans le même sens : reprenant un argumentaire lancé très en amont par Donald Trump, elles accusent le camp […]