Message du Ministre de l’Energie Monsieur Dona Jean-Claude HOUSSOU en prélude à la célébration de la Journée Mondiale de l’Energie

Message du Ministre de l’Energie Monsieur Dona Jean-Claude HOUSSOU en prélude à la célébration de la Journée Mondiale de l’Energie ce Jeudi 22 Octobre 2020

Béninoises et Béninois,

Chers Compatriotes,

Mesdames et Messieurs,

Le droit à l’énergie se positionne aujourd’hui comme un droit indissociable des autres droits fondamentaux de la personne humaine parce que l’accès à l’énergie conditionne la satisfaction des besoins fondamentaux de l’homme tels que l’alimentation, l’habillement, l’habitat, la santé et l’éducation. L’énergie est au cœur de tout processus de développement et la pénétration de l’électricité dans tous les usages fait d’elle un produit indispensable à la vie moderne, pour ne pas dire à la vie tout court.

L’organisation des Nations Unies en prenant la pleine mesure des difficultés liées à l’accès à l’énergie des populations et des crises énergétiques qui sévissent dans le monde, a proclamé l’énergie pour tous. C’est dans ce cadre que le 22 octobre de chaque année a été déclaré « Journée Mondiale de l’Energie », lors du Forum Mondial de l’Energie qui s’est tenu en 2012.

Cette journée rappelle un des enjeux majeurs d’aujourd’hui et de demain, qui est de pouvoir offrir l’énergie au plus grand nombre d’habitants du globe terrestre, mais pas à n’importe quel prix, en prenant en compte la protection de note environnement.

En effet, on dénombre encore aujourd’hui 1,5 milliards d’habitants de la planète sur les 7 milliards qui la peuplent, qui sont privés d’électricité. Le défi à relever par la Coopération Internationale et la Coordination entre pays avancés et pays en voie de développement est donc très grand. La situation en Afrique subsaharienne est particulièrement préoccupante car plus de deux ménages sur trois n’ont guère accès à l’électricité et les coûts de fourniture des services d’énergie sont relativement élevés. Il faut noter que la défaillance du système électrique dans nos pays, coûte par an au moins deux (2) points de taux de croissance.

En ce qui concerne notre pays le Bénin, le secteur de l’énergie constitue pour le Gouvernement un axe majeur de sa stratégie de développement. Le Programme d’Actions du Gouvernement (PAG) 2016-2021 en a fait une priorité absolue en termes de modernisation et de renforcement de la production thermique d’énergie électrique à un coût compétitif, de développement des énergies renouvelables et de l’électrification rurale, de restructuration de l’opérateur national et de son réseau et de maîtrise des consommations électriques. Quatre (04) projets phares sont ainsi consacrés au secteur de l’énergie avec un niveau d’investissement sans précédent de près de 800 milliards de F CFA sur la période.

Grâce aux actions hardies qui ont été engagées par le Gouvernement dans tous les segments, la situation énergétique du Bénin, autrefois marquée par des délestages de longues durées et dont les conséquences affectaient les différents maillons économiques, s’est significativement améliorée ces dernières années. Elles ont permis de retrouver une plus grande indépendance énergétique, de réhabiliter, de moderniser et de renforcer le réseau électrique, de développer les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique, d’augmenter significativement le taux d’accès à l’électricité et de rendre ainsi disponible à nos concitoyens l’électricité en quantité suffisante, en qualité et aux coûts les plus bas possibles.

Dona Jean-Claude HOUSSOU, Ministre de l’Energie

Les indicateurs de performances ci-après en témoignent.

–          la capacité propre de production d’électricité  est passée de 0 MW en 2016 à 180 MW en 2020, pouvant couvrir au moins 60% de nos besoins à la pointe ;

–          le taux de perte du réseau de distribution est passé de 24,22% en 2015 à 22,4% en 2020 soit un gain d’environ 2 points sur la période;

–          la longueur totale du réseau HTB (Haute Tension 63 et 161 kV) est passée de 1073 km après 56 ans d’indépendance de notre pays en 2016 à 1785 km en 2020 soit une augmentation de 66,35 % sur la période ;

–          la longueur totale du réseau HTA (Haute Tension 15, 20 et 33 kV) est passée de 5079 km en 2015 à 5696 km en 2020 soit une augmentation de 12,15% sur la période ;

–          la longueur totale du réseau BT (Basse tension) est passée de 5522 km en 2015 à 6807 km en 2020 soit une augmentation de 23,3% sur la période ;

–          le nombre total de localités électrifiées (urbaines et rurales) est passé de  1775 en 2015 à 2099 en 2020 soit une augmentation de 18,25% sur la période ;

–          le taux moyen d’électrification  (zones urbaines et rurales) est passé de 27.7% en 2015 à 30,6% en 2020 soit une augmentation d’environ 3% sur la période ;

–          le nombre total de clients de la SBEE est passé de 530 628 en 2015 à 663 266 à fin 2020 soit une augmentation de 25% sur la période ;

–          la durée moyenne des coupures d’électricité est passée  de 75 heures en 2016 à 13,45 heures à fin 2020 ;

–          le délai moyen d’intervention en cas de panne est passé de 10 heures en 2016 à 2 heures à fin 2020.

Pour améliorer durablement les performances, assurer la bonne gouvernance et l’équilibre financier du secteur ainsi que la durabilité des investissements, il est apparu nécessaire d’y opérer des réformes institutionnelle et juridique profondes, certes difficiles mais indispensables. C’est dans ce cadre que les actions ci-après ont été menées :

–           la promulgation d’une nouvelle la loi portant code de l’électricité en République du Bénin, plus de 15ans après ;

–          l’adoption par le sommet des Chefs d’Etat du Bénin et du Togo d’une décision relative au changement de l’objet social de la Communauté Electrique du Bénin(CEB) et  à sa mise en gestion déléguée;

–          la mise en œuvre d’une nouvelle révision de l’accord international portant code bénino-togolais de l’électricité;

–          l’adoption d’un décret fixant les normes minimales de performance énergétique au Bénin ;

–          l’apurement des dettes et créances Etat/SBEE ;

–          la signature d’un contrat plan entre l’Etat et la SBEE ;

–          la mise en place d’un nouveau Conseil d’Administration à la SBEE ;

–          la généralisation des compteurs à prépaiement et la mise en place d’un mécanisme de paiement régulier et par anticipation des consommations d’énergie électrique de l’administration publique et des collectivités territoriales ;

–          l’adoption du plan tarifaire de vente de l’électricité de la SBEE pour les périodes 2020 et 2021;

–          la mise en œuvre du contrat de gestion déléguée de la SBEE à travers la signature d’un contrat de gestion déléguée avec Manitoba Hydro International pour une durée de quatre (04)ans, afin de lui faire profiter des meilleures expériences ainsi que des outils de gestion et des pratiques de bonne gouvernance recommandées par les standards internationaux;

–          le renforcement du rôle de l’Autorité de Régulation de l’Electricité (ARE) et l’adoption d’un décret portant détermination de  l’assiette, du taux et des modalités de recouvrement de la redevance de régulation à son profit;

–          la mise en place du paiement électronique des recharges de crédit de consommation d’électricité ;

–          l’adoption de la Politique Nationale de Développement des Energies Renouvelables (PONADER) et celle en cours de la Politique Nationale de Maîtrise de l’Energie (PONAME). Ce qui est historique dans notre pays et qui montre la vision au long cours de l’exécutif béninois.

Les améliorations significatives ainsi enregistrées dans la fourniture des services énergétiques nous confortent dans la poursuite des initiatives et des réformes en cours pour accroître durablement l’accès à l’énergie.

Le taux d’électrification en milieu rural, actuellement encore très faible (inférieur à 10%) sera doublé d’ici fin 2022 pour atteindre au moins 20% grâce à un vaste programme de projets d’électrification par raccordement au réseau électrique conventionnel ou hors réseau.

Soulignons enfin que notre pays, en tant qu’ardent partisan de l’intégration régionale ne ménage aucun effort pour apporter son soutien à la réalisation du marché régional de l’électricité, à travers le Système d’Echanges d’Energie Electrique Ouest Africain (EEEOA). Cette institution dont le Bénin abrite le siège a en charge le développement des moyens régionaux de production d’électricité et la réalisation effective de l’interconnexion des réseaux électriques des 14 pays continentaux membres de la CEDEAO. Elle vise l’intégration de nos économies par une utilisation optimale et en commun de nos ressources énergétiques, pour permettre au secteur de l’énergie de jouer pleinement son rôle de moteur de développement socio-économique. Avec deux projets majeurs en érection à Abomey-Calavi :

–          La construction du Centre de Gestion de tout le système électrique de l’Afrique de l’Ouest, véritable tour de contrôle ;

–          La construction de la salle des marchés de l’électricité pour tous les pays de la CEDEAO, véritable bourse de l’électricité au service du développement.

C’est le lieu d’adresser une fois encore, à tous les acteurs et parties prenantes, mes collaborateurs, nos Partenaires Techniques au Développement   mes sincères remerciements. Le Gouvernement de la République du Bénin par ma voix leur exprime sa profonde gratitude pour leur constante sollicitude, face aux questions de développement socio-économique de notre pays.

« L’énergie est au cœur du Bénin, désormais terre d’opportunités grâce au Président Patrice TALON »

Vive la Journée Mondiale de l’Energie !

Vive la coopération internationale !

Vive le Bénin !

Je vous remercie.

LA REDACTION

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Next Post

PRODUCTION MINIÈRE EN AFRIQUE DE L’OUEST : PERSEUS MINING AUGMENTE SA PRODUCTION D’OR DE 6 %

jeu Oct 22 , 2020
La compagnie d’exploitation minière Perseus Mining qui vise une production d’or supérieure à 250 000 onces cette année, a augmenté sa production de 6 % pour le compte du troisième trimestre de l’année 2020. C’est un rapport d’activité  publié le 20 octobre par la compagnie minière qui révèle les chiffres. Mère […]