CRIMES COLONIALE : LE BURUNDI ENTEND RÉCLAMER RÉPARATIONS A LA BELGIQUE ET A L’ALLEMAGNE

Le gouvernement Burundais envisage de réclamer jusqu’à 43 milliards $ de compensation à la Belgique et à l’Allemagne pour les crimes commis durant la colonisation.

Pour les violences  (travaux forcés, les peines cruelles, inhumaines et dégradantes subies  par les populations du pays est-africain entre 1896 et 1962, année de l’indépendance de l’ancien territoire de l’Afrique orientale allemande puis de l’empire colonial belge, les autorités entendent réclamer réparations.  Le pays souhaite également récupérer des archives et des objets « volés » durant la période coloniale.

Le président du sénat du Burundi, Révérien Ndikuriyo, a réitéré le plaidoyer pour des « dédommagements » au Burundi par ses « ex-colonisateurs » (Allemagne et Belgique)

Le Burundi estime que le système mis en place durant la colonisation a semé dans le pays les germes de la division ethnique qui ont longtemps alimenté des conflits internes rapporte Ecofin. Une annonce qui intervient dans un contexte particulier marqué par une demande de plus en plus fréquente des populations africaines pour une réparation des « dommages matériels et immatériels » causés par les pays européens durant la période coloniale.

Le roi Philippe, souverain des Belges a par ailleurs pour la première fois dans l’histoire du pays présenté « ses plus profonds regrets pour les blessures » infligées lors de la période coloniale belge au Congo à la veille des 60 ans d’indépendance de la République démocratique du Congo.

H. IDRISSOU

LA REDACTION

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Next Post

Mali : Le président IBK et son Premier ministre Cissé, ne sont plus libres de leurs mouvements.

mer Août 19 , 2020
Les manifestations éclatées au Mali depuis quelques mois, après les élections législatives, ont connu un aboutissement dans l’après-midi de ce mardi 18 août 2020. Le président de la République malienne Ibrahim Boubacar Keïta, et son Premier ministre, Boubou Cissé, ne sont plus libre de leurs mouvements. Ils ont été arrêtés […]