RWANDA : Vitalisation du tourisme via une technologie.

Le Rwanda, un pays dont le tourisme est une importante source de revenus, est aujourd’hui confronté à d’énormes difficultés depuis l’apparition du Covid-19 dans le monde. Pour pallier à ces maux, une entreprise dénommée Kigali 360, crée des visites virtuelles de certains des sites les plus impressionnants du Rwanda.

La pandémie du coronavirus a entrainé la chute des recettes touristiques au Rwanda. Avec une rentrée de fonds de plus de 490 millions dollars de revenus en 2019, selon le Rwanda Development Board, le Rwanda a déjà enrégistré une perte de 45 millions de dollars cette année, en raison de la diminution du nombre de touristes et après le report ou l’annulation de 45 réunions internationales prévues à Kingali. Le PDG de Kigali 360, M. Patrick Karangwa a lancé le projet de visites virtuelles de certains sites les plus impressionnants en 2018 avec un appareil photo et deux objectifs achetés à 1600 $. Il précise « J’ai réalisé que le Rwanda en tant que pays et en général aussi l’Afrique étaient sous-représentés sur Google Maps, sur les cartes numériques, c’est de là que vient l’idée, j’ai réalisé que cette technologie nous pouvions le faire nous-mêmes et qu’elle était abordable ». Vu la situation sanitaire actuelle, cette initiative est très importante et constitution une solution de contournement de crise tant sanitaire qu’économique.

Mais avec les visites virtuelles de Kigali 360, les gens peuvent toujours marcher dans les rues de Kigali, seulement que leur visite sera numérique plutôt que réelle. Appréciant les avantages liés à cette innovation, M. Karangwa affirme : « Il est malheureux que la pandémie ait frappé l’industrie en général, mais pour moi en tant que créateur de contenu de visite virtuelle, c’était vraiment une opportunité, donc les gens visitaient des lieux en utilisant le contenu que j’ai créé et ils ont également compris l’importance et l’avantage. Les visites virtuelles peuvent apporter à l’industrie dans son ensemble. Peut-être que le tourisme numérique peut encore promouvoir le Rwanda comme une destination incontournable lorsque le virus se dissipe et que les gens se sentent à nouveau en sécurité pour voyager ». Plusieurs personnalités ont approuvé ce travail de génie réalisé par M. Karangwa. L’économiste Teddy Kaberuka trouve que le développement des visites virtuelles peut être utilisé pour faire connaître les activités que les touristes pourraient apprécier: « Il y a tellement, je dirais, d’activités touristiques pour lesquelles les gens ne savent pas, donc la meilleure façon de le faire est de commencer virtuellement. Vous exposez ces forfaits au touriste potentiel et après les avoir regardés, les voir, ils seront très intéressés, alors les visites virtuelles seront un outil de marketing pour le tourisme ‘’,a-t-il martelé.

Il faut noter que Patrick Karangwa est en négociations avec le Rwanda Development Board (RDB) pour étendre son projet. Il estime qu’il aura besoin d’un financement de 22 000 dollars pour couvrir tout le pays avec ses tournées numériques. « Cela ne remplacera jamais le tourisme traditionnel car rien ne remplacera vraiment le fait que les gens peuvent être à des endroits, à des endroits et voir les choses de leurs propres yeux. Il s’agit donc davantage d’une couche d’informations différente qui peut réellement pousser les gens, leur donner une sens de, un aperçu de ce à quoi ils s’attendraient s’ils visitaient l’endroit physiquement » insiste Patrick Karangwa. Il explique : ‘’ Plus les tournées virtuelles créent de buzz, plus les gens visiteront le Rwanda et plus d’emplois pourraient être créés ‘’.

H. HOUETCHI

LA REDACTION

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Next Post

BARRAGE SUR LE NIL : Les négociations entre l'Égypte, le Soudan et l'Éthiopie suspendues.

jeu Août 6 , 2020
Les pourparlers sur l’avenir du Grand barrage de la Renaissance éthiopienne (GERD) démarrés lundi dernier ont été suspendus hier par l’Égypte et le Soudan. Les deux pays ne s’accordant pas sur les thèmes de négociations. Contrairement aux menaces de l’Égypte et du Soudan de se retirer des négociations sur le […]