Gabon : Mme Raponda forme un gouvernement pour la relance de l’économie.

Le Gabon, un pays de l’Afrique centrale, avec une économie paralysée par la crise sanitaire et la chute du prix du pétrole, a vu son budget fortement amputé cette année. Pour remédier à cette situation, la nouvelle cheffe du gouvernement, forme une équipe ministérielle dédiée à la relève de l’économie.

Rose Christiane Ossouka Raponda, première ministre du gouvernement gabonais.

Avec une économie, durement touchée par la crise sanitaire liée à la pandémie du coronavirus et la chute du prix du pétrole, le Gabon a subi au cours de cette année 2020, une baisse des revenus qui devraient lui permettre d’atteindre les objectifs fixés par le budget. Pour faire face à ce choc, une réforme du système gouvernemental s’impose. C’est bien dans cette optique que le président du Gabon Ali Bongo Ondimba a signé un décret ce jeudi 16 juillet 2020 nommant Rose Christiane Ossouka Raponda, première ministre et cheffe du gouvernement. Cette dernière, dès sa prise de fonction forma, un nouveau gouvernement, tout en jouant la carte de la sécurité pour les portefeuilles et les postes liés à l’économie. En cette période de coronavirus, le pays pétrolier doit faire face à un budget réduit de 10 %. On constate que Mme Raponda a fait confiance au ministre Jean-Marie Ogandaga en le maintenant à son poste de ministre de l’Économie, et a renforcé  poids les postes clés comme Sosthène Ossoungou Ndibangoye qui arrive dans un ministère à nouveau détaché de l’Économie, le ministère du Budget, ou encore l’influente Madeleine Berre, nommée porte-parole du gouvernement.

Il faut noter que Jean-Marie Ogandaga a été reconduit à son poste qu’il occupait depuis 2018, grâce à ses efforts louables à la tête du ministère de l’Économie qui a enfin changé de dénomination et porte désormais le nom de ministère de l’Économie et de la Relance. Précédemment directeur de la solde et expert dans les questions de gestion de la fonction publique, M. Jean-Marie Ogandaga a mené plusieurs audits de la fonction publique et a été cheville ouvrière de certaines privatisations comme celle de Gabon Télécom. Son entrée au gouvernement remonte en 2016 en tant que ministre de la Fonction Publique. Avec un palmarès élogieux, il s’est vu confier la lourde tâche de redresser l’économie gabonaise, en pleine crise. Son ministère est particulièrement en avant s’agissant des mesures d’accompagnement pour les PME, alors que le budget du pays dépendant des revenus pétroliers a été réduit de 10 % cette année.

H. HOUETCHI

LA REDACTION

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Next Post

SOMALIE : Le premier ministre demis de ses fonctions par vote de défiance.

dim Juil 26 , 2020
Hassan Ali Khaire  n’est plus premier ministre de la Somalie depuis ce samedi. Le vote de censure des parlementaires a été approuvé par  170 des 178 députés. Le parlement accuse l’ex premier ministre de n’avoir pas  ouvert la voie à des élections pleinement démocratiques notamment  préparer un plan clair qui […]