Développement : L’Afrique du Sud annonce le plan de relance de son économie

Le président sud-africain Cyril Ramaphosa

La crise économique liée à la pandémie du coronavirus a déstabilisé les budgets de bon nombre de pays. Les perspectives économiques de l’Afrique du Sud sont peu réjouissantes. Le président sud-africain Cyril Ramaphosa compte sur un grand plan d’investissement dans les infrastructures du pays pour relancer l’économie.

L’économie sud-africaine est au bord du gouffre, car elle connaîtra une contraction de 7,2 % au cours de l’année et les perspectives économiques sont inquiétantes. Le ministre de l’économie explique que le pays n’a jamais connu une telle situation depuis 90 ans, et que le gouvernement veut donc planifier l’après-crise, pour tenter de sauver  l’économie du pays.

Le président sud-africain Cyril Ramaphosa

Présentant la mise à jour de son budget afin de prendre en compte la dégringolade de la croissance, et la situation des finances publiques suite à la pandémie, le ministre des finances M. Tito Mboweni a mis en garde contre le risque, à long terme, d’une crise de la dette souveraine : « Notre dette est notre faiblesse. Selon nos projections, elle devrait s’établir à 81,8 % de notre PIB d’ici la fin de l’année fiscale. En février, nous l’avions estimée à seulement 65,6 % de notre PIB », a-t-il laissé entendre.

Face à cette chute qui plonge le pays dans une incertitude économique, le président Cyril Ramaphosa mise sur un grand projet de financement des infrastructures, qui était dans les cartons depuis plusieurs mois pour tenter de corriger le tir.

Cette annonce a été faite par le président lors d’une conférence virtuelle, mercredi 24 juin au cours de laquelle il a déclaré que « la pandémie de coronavirus a déclenché ce qui sera sans doute la plus grave récession depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Les économies avancées et en voie de développement se tournent toutes vers les infrastructures, un secteur clé pour favoriser la reprise. Et [nous] suivons aussi cette voie. »

Outre ce grand projet d’investissement dans le domaine des infrastructures, le gouvernement prévoit la création de

1,8 million d’emplois sur les prochaines années, en mettant l’accent le transport, l’énergie, les communications ou encore le logement afin de relancer la croissance, et sauver le secteur de la construction.

« [Nous] avons sélectionné au total 276 projets. 88 d’entre eux sont prêts pour être financés. Des investisseurs se sont déjà fermement engagés à contribuer à hauteur de quelques milliards d’euros. Donc [nous] ne dépendons pas trop de l’argent de l’État pour pouvoir lancer ces projets », explique le responsable du projet, M. Kgosientsho Ramokgopa. Conscient de la recherche effrénée de financement de la plus part des pays, Jacko Maree, spécialiste des questions d’investissement nommé par le président, déclare « Tous les pays sont en difficulté, et veulent sortir de cette crise liée à l’épidémie. Donc nous sommes en compétition pour trouver des fonds, et nous devons être rapides », demandant ainsi aux autorités de parer au plus pressé

H. HOUETCHI

F-KINT

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Next Post

MADAGASCAR : 60 ans d’indépendance célébrée dans une sobriété

sam Juin 27 , 2020
Le Madagascar a célébré ses 60 années d’indépendance ce vendredi 26 juin 2020. Ce fut une cérémonie exceptionnelle célébrée dans une totale célébrité. Tout ceci dû à la pandémie du coronavirus. Le Madagascar a fêté son 60 ième anniversaire dans un contexte particulier en raison du coronavirus, la plupart des […]