GUINEE / ASSEMBLEE NATIONALE : Amadou Damaro Camara élu président.

L’Assemblée nationale Guinéenne a un nouveau président depuis ce mardi. Il a pour nom Amadou Damaro Camara, l’homme est membre du Rassemblement du peuple de Guinée (RPG, au pouvoir). Il est élu pour un mandat de cinq ans.

L’Assemblée nationale a fait sa rentrée parlementaire ce mardi au Palais du peuple de Conakry. Dans un contexte particulier lié à l’épidémie de Covid-19, dérogation a été faite à l’interdiction des rassemblements de plus de vingt personnes. La session était consacrée à l’élection du président de l’Assemblée.

Masqués, gantés, assis à deux sièges d’intervalle, les nouveaux députés issus du scrutin du 22 mars, boycotté par les poids lourds de l’opposition, ont voté.«La Direction Nationale du RPG-ARC-EN-CIEL félicite et remercie très particulièrement l’honorable Amadou Damaro Camara, pour son courage, sa constance dans le combat, la défense avec assurance et détermination des idéaux de liberté, de démocratie et de paix dans notre cher pays», note le RPG dans une déclaration reçue à APA.

Cependant, pour protester contre cette installation de la nouvelle législature, le Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC) dont les partis politiques membres ont boycotté les élections, a appelé ce mardi à une journée ville morte dans tout le pays. Il faut noter que depuis octobre 2019, des manifestations ont eu lieu à Conakry ainsi que dans plusieurs autres villes du pays.

Selon les chiffres officiels, une trentaine de personnes dont un gendarme ont été tuées alors qu’Alpha Condé maintient le suspense sur un troisième mandat.

Arthur Houindo

LA REDACTION

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Next Post

CAMEROUN - Massacre de civils : le gouvernement reconnait l’implication de l’armée

mer Avr 22 , 2020
Le massacre de 13 civils, dont 10 enfants en février dernier dans un village du nord-ouest séparatiste anglophone a été commis par trois militaires et des supplétifs  a admis mardi la présidence du Cameroun. Le gouvernement niait jusqu‘alors l’implication de l’armée dans ce meurtre qui avait déclenché de vives réactions […]