Côte d’Ivoire : BIENTÔT LA RÉFORME DU CODE ÉLECTORAL CONTROVERSÉE, TRANSMISE AUX HONORABLES IVOIRIENS

Le premier ministre ivoirien M. Amadou Gon Coulibaly a annoncé dans un communiqué ce jeudi que le code électoral sera transmis au parlement, tout en minimisant les désaccords autour de sa réforme.

Hyacinthe Houetchi

Le dialogue politique effectué pour la réforme du code électoral n’a pu déposer un rapport consensuel. Cependant le gouvernement tient à soumettre, le texte controversé issu du dialogue, au parlement .A entendre le ministre d’État M. Coulibaly, le dialogue s’est bien déroulé et il n’est point question de donner trop d’ampleur aux petites divergences qui ont eu lieu au cours de ce dernier. Il affirme : « Ce n’est pas parce qu’on n’a pas signé un document, qu’on va dire que le dialogue n’a pas eu lieu, et qu’il ne s’est pas bien déroulé. Il ne faut pas dramatiser. » 

Face à la presse, ce jeudi M. Coulibaly  a fait le point du déroulement du dialogue politique. Il  explique que l’opposition a refusé de signer le protocole bien que bon nombre d’accords soient trouvés. Au nombre de ces accords ,il cite ,le parrainage citoyen (de 1% de l’électorat dans 50% des régions et districts, ou de 1% à l’échelle nationale),le relèvement de la caution pour les candidats à la présidentielle, qui passerait de 20 millions de francs CFA aujourd’hui à 50 millions dans la nouvelle mouture ,le dispositif visant à mettre fin à la « transhumance électorale », pendant les élections locales où législatives, lors desquelles des candidats transportent dans leurs circonscriptions des électeurs qui y sont inscrits, mais n’y résident pas.

Il reconnaît tout de même que plusieurs points de désaccords ont meublé le menu des discussions et fustige le blocage que cela pourrait constituer à l’évolution des activités politiques. Il manifeste sa frustration en ces termes : « Les désaccords ne sont pas seulement entre l’opposition et le gouvernement, mais aussi entre la société civile et les partis politiques. Les points d’accord sont des points qui doivent permettre d’avancer » « les conclusions de ces discussions seront examinées par le Conseil de gouvernement et ensuite par le Conseil des ministres présidé par le président de la République. Le projet de loi qui en sortira sera transmis au Parlement ». a-t-il ajouté

Hyacinthe Houetchi

LA REDACTION

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Next Post

NIGÉRIA : LA CEDEAO TOUJOURS DANS LA DÉMARCHE DE L'OUVERTURE DES FRONTIÈRES DU NIGÉRIA.

lun Fév 24 , 2020
Le président burkinabè s’est rendu chez  Muhammadu Buhari pour lui  charger une commission de la CEDEAO. Son déplacement de ce 21 février 2020 entre dans le cadre des négociations pour la réouverture des frontières nigérianes. Hyacinthe Houetchi La CEDEAO continue inlassablement son combat pour la libre circulation des personnes et […]