Mise en œuvre des grands projets des secteurs de la culture et du tourisme

Bâtir une industrie culturelle et touristique au service du développement durable

(Jean Michel ABIMBOLA y croit fermement)

La vision du Président de la République de faire du tourisme un pilier de développement, créateur de richesses et d’emplois, a désormais un vrai artisan. Jean Michel ABIMBOLA revenu à la tête du département ministériel du tourisme, de la culture et des Arts en Septembre 2019, a fait renaître l’espoir. Tel un apôtre de la résurrection, l’ancien patron de la culture s’est vu confié à nouveau le portefeuille Ministériel avec pour priorité de réorganiser les trois grands secteurs qu’on ne peut dissocier : tourisme, culture et arts. Et la machine administrative dorénavant bien huilée, a été remise en marche ! Jean Michel ABIMBOLA dispose cette fois-ci de moyens mais le temps ne va-t-il pas jouer contre lui ? Eh Oui ! Il en est bien conscient et s’arme en conséquence. Chaque jour, ses regards, ses pas toujours pressés traduisent bien sa course contre le temps, avec un regard pointé vers l’horizon 2021. Et les défis assez immenses, l’homme s’affaire à les relever. Lui qu’on avait vu à la tête de ce Ministère, est bien conscient qu’il doit y laisser des marques. Le bilan de ses trois premiers mois.

Relance des chantiers des projets phares des trois secteurs autrefois abandonnés à Abomey, Ouidah et à Nikki en passant par Porto-Novo et Parakou. Echange avec les associations d’acteurs culturels, de promoteurs touristiques, hôteliers et gastronomiques et d’organisations d’artistes. Il fait de chaque rencontre, l’occasion d’un diagnostic participatif des maux qui minent chaque secteur. Mise en place du Comité de gestion du site des palais royaux d’Abomey sur lequel planait la menace de déclassement du patrimoine mondial de l’UNESCO ; relance des travaux de mise en place du Compte Satellite du Tourisme ; participation aux activités de l’UNESCO à Paris ; appui institutionnel à la réorganisation des fêtes identitaires dont la GAANI 2019 à Nikki avec la remise du Site de construction du Palais Baru Tem et de l’arène de la GAANI ; appuis à travers les directions sous tutelle, aux initiatives privées des acteurs culturels, des artistes et des promoteurs ; suivi du processus de restitution des biens culturels du Bénin qui se trouvent en France. Autant d’actions qui permettent de redonner espoir au bout de quelques mois, aux différents acteurs culturels et à l’ensemble du peuple béninois. Avec assurance, une fondation solide se pose pour concrétiser le rêve d’une industrie culturelle et touristique au service du développement durable. Le Bénin peut encore y croire avec le nouvel homme aux manettes.

La Rédaction

F-KINT

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Next Post

Un milliardaire paie les médecins du Zimbabwe pour qu'ils reprennent le travail

mer Jan 22 , 2020
Bâtir une industrie culturelle et touristique au service du développement durable (Jean Michel ABIMBOLA y croit fermement) La vision du Président de la République de faire du tourisme un pilier de développement, créateur de richesses et d’emplois, a désormais un vrai artisan. Jean Michel ABIMBOLA revenu à la tête du […]