En Irlande, le pape François très attendu sur la question de la pédophilie

François assiste à la 9e Rencontre mondiale des familles, dans un pays de moins en moins fervent.

Le voyage du Pape en Irlande, samedi 25 et dimanche 26 août, sera-t-il dominé par le contexte de crise internationale liée aux prêtres pédophiles? La publication par François d’une grave «Lettre au peuple de Dieu» à ce sujet le 20 août, a survolté ce débat. Et la sortie, attendue dans la foulée de ce week-end irlandais, d’un document complémentaire du Vatican – normatif et juridique pour renforcer la lutte contre les prêtres pédophiles et contre certains évêques que le Pape accuse de «complicités» vis-à-vis de ces «atrocités» – renforcera cette thématique.

D’autant que l’Irlande, 5 millions d’habitants et catholique à 76 %, a perdu la moitié de ses pratiquants en trente ans! À la suite, précisément, des affaires de prêtres pédophiles. Le scandale y a éclaté en même temps qu’aux États-Unis. Le Vatican a d’ailleurs confirmé que le Pape rencontrera des victimes de prêtres pédophiles lors de cette 24e visite hors d’Italie depuis son élection en 2013. Enfin, plusieurs archevêques américains de poids, Wuerl à Washington et O’Malley à Boston, ont décliné l’invitation irlandaise la semaine dernière, sur fond de crise pédophile rouverte aux États-Unis.

«Il apparaît aux ­Irlandais comme un pape moderne, ­capable de toucher leurs cœurs. En ­présentant l’enseignement catholique d’une manière qui n’impose pas, mais qui in­vite.»

Mgr Diarmuid Martin, archevêque de Dublin

L’objet de ce voyage, dont la décision, tardive, a été mûrement réfléchie par François n’est pourtant pas la pédophilie, mais la famille. La Rencontre mondiale des familles, neuvième édition du genre après son lancement par Jean-Paul II en 1994, en constitue le prétexte. Ce qui explique la brièveté de ce déplacement. Et le fait que François ne se rende pas en Irlande du Nord, sous contrôle britannique.

Il vient donc essentiellement participer à ce congrès international – 103 pays représentés – qui a lieu tous les trois ans dans une grande ville du monde, la dernière édition s’étant déroulée à Philadelphie. Mais, là aussi, le contexte irlandais est très tendu pour ce pays catholique, s’il en est un en Europe, avec la Pologne et l’Italie. Après une longue résistance catholique, le mariage homosexuel et l’avortement y ont été finalement adoptés par référendum, respectivement en mai 2015 et mai 2018. L’Irlande a même été le premier pays du monde à adopter le mariage homosexuel également par référendum.

Ouverture vers les divorcés remariés

Pour les catholiques, observe, dans La Croix, l’archevêque de Dublin, Mgr Diarmuid Martin, il ne s’agit plus de «rêver du passé» ou à «l’âge d’or révolu d’un catholicisme dominant dans le pays». Il faut plutôt réinventer «la manière d’être chrétien dans un environnement plus hétérogène». Ce prélat, qui fut longtemps le collaborateur du cardinal Etchegaray à Rome, compte sur le charisme de François pour faire passer le message: «Il apparaît aux Irlandais comme un pape moderne, capable de toucher leurs cœurs. En présentant l’enseignement catholique d’une manière qui n’impose pas, mais qui invite, il porte le souci de former les consciences et non de les formater.» Ce qui pourrait, espère-t-il, «toucher tous ceux qui ont gardé l’image d’une Église irlandaise très moralisante par le passé…»

De fait, le programme de cette rencontre internationale des familles – 45.000 personnes inscrites pour des célébrations religieuses, des conférences et des ateliers – est totalement orienté sur l’exhortation apostolique «Amoris Laetitia». Ce document, publié après les deux synodes sur la famille (2014, 2015) et leur ouverture à l’accueil plus large des divorcés remariés, n’a pas toujours été bien accueilli par une bonne partie des catholiques. Le pape François vient encore de le défendre jeudi dans la presse anglaise, en affirmant qu’«Amoris Laetitia» est dans «la continuité» de l’enseignement de l’Église. Ce que contestent certains théologiens et cardinaux. La présence et l’intervention à Dublin de plusieurs cardinaux, importants et proches de François, attestent donc de sa volonté de faire admettre ce texte et de créer une mentalité catholique, moins «moralisante» sur ces sujets.

Ainsi de Christoph Schönborn, archevêque de Vienne (Autriche), d’Oscar Maradiaga, archevêque de Tegucigalpa au Honduras, et membre du C9, le groupe restreint qui conseille le Pape, de Blase Cupich, récemment créé cardinal et nommé à Chicago (États-Unis). Ils seront en Irlande, tout comme le jésuite américain James Martin, directeur de la revue America, qui interviendra sur «l’accueil et le respect dans les paroisses des LGBT et leurs familles». Soit la mise en exergue de l’homosexualité dans l’Église, validée par Rome. Ce qui a déjà créé une polémique.

Le Pape rencontrera les participants de ce congrès lors d’une veillée samedi soir au Croke Park Stadium de Dublin où chantera le ténor Andrea Bocelli, et le dimanche après-midi lors d’une immense messe en plein air. Mais il va aussi s’adresser aux autorités du pays lors d’un discours très attendu, peu après son arrivée, dans le contexte de l’adoption récente de l’avortement. Il y a aura aussi, dimanche matin, au sanctuaire de Knock, un échange, plus intime et désiré par François, avec le cœur catholique de ce pays. Ce lieu d’apparition marial au nord-ouest du pays est le «Lourdes» irlandais.

Par  Jean-Marie Guénois  /  

F-KINT

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Next Post

Victor Agbegnenou chercheur et inventeur en exclusivité - Catharsis Africa Etudes

dim Août 26 , 2018
Le Forum « Catharsis Africa Etudes » reçoit en collaboration avec « Espace Afrique » ce 26 Août 2018 en Interview Mr Victor Agbegnenou chercheur et inventeur Par Frédéric Atsou GALLEY Frédéric A. GALLEY:  Comment devient-on inventeur ? Victor AGBEGNENOU: Une invention est définie comme une réponse technique à un problème technique. Un érudit en propriété […]
tubeporn