« La relation entre Mr Ouattara et Mr Soro résiste aux intempéries d’entourages excessifs! » G. SORO

Côte d’Ivoire: Soro «la relation entre monsieur Ouattara et monsieur Soro résiste aux intempéries d’entourages excessifs»

De passage en France à son retour de mission au Quebec, avant son retour en Côte d’Ivoire, Guillaume Soro était l’invité de la radio d’Etat française Rfi. Elle l’a interrogé sur notre information de son débarquement de la présidence de l’Assemblée nationale et s’est intéressée à sa relation avec le chef de l’Etat dans le contexte d’orage politique du moment après la mise en place du parti unifié RHDP sans le PDCI et l’annonce de Ouattara de transférer le pouvoir à une nouvelle génération en 2020.

Sur le premier sujet Soro a répondu qu’en raison de l’excellence de sa relation avec Ouattara, tout portait à croire que c’était une rumeur. «La relation excellente que j’aie avec le président de la République me porte croire que ce n’est qu’une rumeur».

«La relation entre monsieur Ouattara et monsieur Soro résiste aux intempéries d’entourages excessifs, j’en subi très souvent le courroux, mais au delà de nos entourages notre relation demeure solide et excellente.»

Au sujet du parti unifié lancé par Ouattara sans le PDCI, l’ancien premier ministre rappelant que pour lui il doit être inclusif et mis en place avec le dialogue a indiqué qu’à son retour il irait s’entretenir avec Ouattara et Bedié.

«Ma posture m’impose personnellement à faire en sorte que les deux grands hommes d’Etat que sont le président  Ouattara et le président Bedié ne rompent pas le dialogue et qu’ils continent de discuter pour des lendemains meilleurs pour notre pays.» a indiqué Soro.

Sur sa candidature pour la présidentielle de 2020, après l’annonce de Ouattara de passer le mandat en 2020 à une nouvelle génération Soro a répondu: «Cette posture du président Ouattara je la connaissais depuis, il m’en avait parlé c’est pourquoi quand y’a eu les folles rumeurs autour du 3eme mandat, je n’étais pas perturbé car je savais que le président de la République a toujours eu la posture et la volonté de passer le mandat en 2020 à une nouvelle génération… (question sur sa candidature, ndlr) J’ai toujours évité de répondre à cette question car je ne voulais pas ouvrir une compétition précipitée et anticipée sur 2020… je pense que je vais y réfléchir mais je n’imagine pas engager cette réflexion sans en parler d’abord et principalement avec le président Ouattara et ensuite Bedié et bien d’autres personnes».

A savoir avec quel parti il se porterait au cas ou candidat, Soro a répondu: «Monsieur Talon a été Président au Bénin sans parti politique.» 

Le président de l’Assemblée nationale fut ensuite longuement interrogé sur l’épineux sujet de la réconciliation

dont il a fait l’une de ses principales priorités politiques et pour laquelle il a répété sa volonté de libération des prisonniers politiques.

«Aujourd’hui j’ai une mission qui est presque sacerdoce, que la Côte d’Ivoire se réconcilie, mon objectif est de faire en sorte que le traumatisme crée par les élections de 2010 n’existe plus en Côte d’Ivoire, nous avons eu des élections apaisées en 2015, la maturité de la classe politique nous impose de faire en sorte qu’en 2020 il y ait aussi des élections apaisées.» a expliqué Guillaume Soro interrogé sur le fait de savoir si la réconciliation était possible avec Gbagbo et Blé Goudé en prison à la Haye, avant de poursuivre: «8 ans après il faut que les lignes bougent et avec le discours que l’on tient on voit bien que les lignes bougent… Affi N’Guessan est libéré, il était en prison, Michel Gbagbo est quand même libéré, bien d’autres personnes sont libérées il faut pas désespéré et je pense que le président de la République y pense et fera en sorte que la Côte d’Ivoire soit inscrite dans le processus de réconciliation d’ici 2020.» 

Toujours au sujet de la réconciliation, Soro a mentionné les méfaits des extrémistes des deux camps, affirmé qu’il était depuis longtemps dans cette dynamique rappelant la flamme de la paix à Bouaké en 2007 et réaffirmé qu’il envisageait toujours d’aller rencontrer Laurent Gbagbo à la Haye.

«Il faut que les uns et les autres aient l’humilité d’accepter d’aller au pardon et à la réconciliation, quand nous autres nous parlons de réconciliation, il faut bien savoir qu’il y a des extrémistes aussi bien dans notre camp que dans le camps de Monsieur Laurent Gbagbo qui ne veulent pas entendre parler de pardon et de réconciliation, les extrémistes de Monsieur Laurent Gbagbo disent « on a rien fait, c’est nous les victimes donc on peut pas aller à la réconciliation » je dis que pour aller à la réconciliation il n’y a pas de préalable il faut accepter de discuter, de pardonner de faire repentance, alors si vous dites que vous n’avez rien fait, comment on peut arriver au pardon? C’est pourquoi je dis et moi je l’ai assumé, j’ai même fait une déclaration publique pour dire que je souhaitais que les prisonniers politiques soient libérés on peut trouver plusieurs mécanisme, comme au Rwanda avec la justice transitionnelle, en Afrique du Sud c’était un autre processus, mais pour qu’on y arrive il faut que les deux camps acceptent de s’assoir» a expliqué Soro qui a ajouté: «J’envisage la possibilité de rencontrer Laurent Gbagbo mais ça ne détend pas que de moi».

Interrogé sur l’affaire Soultosoul, Soro à répondu que même s’il avait beaucoup de choses à dire, qu’il ne pouvait s’exprimer publiquement sur le sujet en instruction relevant le secret d’Etat. «La question Soultosoul relève en partie du secret d’Etat» a indiqué l’ancien premier ministre.

Au sujet du bilan des deux mandats de Ouattara, Soro jugera que Ouattara a réalisé de grandes choses. «Gérer un Etat ce n’est pas aussi simple que les gens pourraient croire, je crois que le Président Ouattara a accompli de grandes choses, il faut aussi l’avouer, au plan économique, de grandes choses ont été réalisées, au plan social il a aussi travaillé, je ne pense pas que le président Ouattara soit comme vous dite « mitigé »» expliquera le président de l’Assemblée nationale.

Enfin, au sujet du « rattrapage », Soro contestera l’une de ses critiques qui collent à la peau du pouvoir en place et expliquera que Ouattara est venu dans un contexte particulier avec une coalition politique de 5 formations dans le RHD. « On peut tout reprocher à monsieur Ouattara mais il est très attentionné en ce qui concerne les procédures, je sais que monsieur Ouattara régulièrement pour nommer à des postes de responsabilité a consulté la coalition» conclura Guillaume Soro.

Source Koaci

F-KINT

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Next Post

Visite de Xi en Afrique: le Sénégal première étape d'un voyage crucial

sam Juil 21 , 2018
Côte d’Ivoire: Soro «la relation entre monsieur Ouattara et monsieur Soro résiste aux intempéries d’entourages excessifs» De passage en France à son retour de mission au Quebec, avant son retour en Côte d’Ivoire, Guillaume Soro était l’invité de la radio d’Etat française Rfi. Elle l’a interrogé sur notre information de son […]